Le souvenir du présent

Avez-vous déjà eu cette sensation de vivre une situation que vous aviez déjà vécue auparavant ? Cette impression de pouvoir prédire ce qui allait arriver ? D’être soudainement replongé dans un passé dont vous ne pouviez préciser ni la date, ni le lieu ?

Si c’est le cas, comme environ 80% de la population, vous avez vécue une expérience de déjà-vu ou paramnésie.

Qu’est-ce que le déjà-vu ?

Le philosophe Henri Bergson décrivait ce phénomène comme un « souvenir du présent et [une] fausse reconnaissance ». C’est le médecin français Emile Boirac qui en 1876 utilisa pour la première fois le terme de « déjà-vu » pour qualifier ce phénomène. Et c’est le neuropsychologue américain Vernon Neppe qui en donna la définition : « une impression subjective et inappropriée de familiarité de l’expérience en cours non associée à un souvenir précis ». En d’autres termes, le déjà-vu est une sensation anormale d’attribution d’un moment présent à un souvenir.

Les mécanismes du déjà-vu restent extrêmement mystérieux, car il est très difficile d’étudier ce phénomène. En effet, pour des personnes saines, il est impossible d’induire cette sensation. Néanmoins, il est possible d’étudier cette impression a posteriori comme l’a fait récemment une équipe scientifique tchèque.

Comment les scientifiques ont-ils procédé ?

Ces derniers ont demandé à plus d’une centaine de participant de répondre à un questionnaire concernant leur déjà-vu. Les réponses à ce questionnaire ont permis de classer les participants en plusieurs groupes en fonction de la fréquence des déjà-vu, allant d’une fréquence de déjà-vu nulle à très élevée. Tous les participants ont ensuite passé un examen IRM au cours duquel les scientifiques se sont intéressés à l’anatomie de leurs cerveaux. Ils ont mis en évidence une corrélation entre la diminution de matière grise dans certaines zones cérébrales et la fréquence des déjà-vu.

Dans le cerveau il est possible de distinguer la matière grise, de la matière blanche. La matière grise présente une couleur grisâtre et contient le corps des cellules cérébrales. A l’inverse, la matière blanche qui doit son nom à sa couleur blanchâtre, ne contient pas le corps des cellules, mais leurs prolongements. Ces prolongements appelés axones leurs permettent de communiquer avec d’autres cellules.

Différence entre la matière grise et la matière blanche dans le cerveau
Le cerveau est constitué de matière grise (corps des neurones) et de matière blanche (axones des neurones).

Ainsi dans cette étude c’est la quantité de matière grise, donc de cellule qui semble différé entre les personnes n’ayant pas ou peu de déjà-vu et celles en ayant souvent. Moins il y aurait de cellules dans certaines zones cérébrales et plus la survenue de déjà-vu serait importante.

Quelles seraient ces zones cérébrales ? Et quelles seraient leurs fonctions ?

Ces zones seraient l’hippocampe et le gyrus parahippocampique.

Représentation de l'hippocampe dans le cerveau
L’hippocampe est une petite structure du lobe temporal interne à forme courbée.

L’hippocampe se situe au niveau de la face interne des lobes temporaux. C’est une structure identifiée depuis longtemps comme jouant un rôle central dans la mémoire. En effet, un grand nombre d’études scientifiques ont démontré qu’une lésion de cette structure induisait des difficultés dans la mémorisation de nouveaux évènements et dans le rappel de souvenir.

Représentation du gyrus parahippocampique dans le cerveau
Le gyrus parahippocampique comprend un ensemble de structure cérébrale distinct dont le cortex perirhinal et le cortex entorhinal.

Le gyrus parahippocampique est une circonvolution cérébrale se situant sous chacun des hippocampes. Il se compose de plusieurs structures cérébrales distinctes, notamment, le cortex périrhinal et le cortex entorhinal. Ces deux structures situées en amont de l’hippocampe lui fournissent et reçoivent l’essentiel des informations que cette région traite. Ces structures joueraient un rôle dans la détection de ce qui est nouveau dans une scène visuelle.

Ainsi les deux zones identifiés comme étant impliqué dans le déjà-vu seraient la zone permettant d’accéder à nos souvenirs et la zone permettant d’identifier la nouveauté.

Lors de l’exploration à une scène visuelle les structures du gyrus parahippocampique joueraient le rôle de détecteur de nouveauté en comparant ce qui est perçu avec ce qui est connu par l’intermédiaire de l’hippocampe. Ainsi, si momentanément les structures du gyrus parahippocampique, l’hippocampe ou la communication entre ces structures présentaient une défaillance une scène nouvelle pourrait être identifiée comme familière. Bien que plausible les mécanismes de cette défaillance restent encore à être identifiés.

Quelle conclusion peut-on retenir de cette étude ?

Le déjà-vu est une illusion fascinante, mystérieuse et largement répandue de réminiscence d’un instant présent.

Cette étude a montré que moins la quantité de neurone est grande dans l’hippocampe et le gyrus parahippocampique et plus la probabilité d’avoir vécu ou de vivre une impression de déjà-vu est importante. Ceci pourrait être expliqué par une plus grande sensibilité d’une de ces deux structures à une défaillance temporaire.

Mais pour autant, cela signifie-t-il que le réseau entre le gyrus parahippocampique et l’hippocampe soit moins performant chez les personnes dont le volume de matière grise est le plus faible ?

La réponse à cette question est peu probable. En effet, des études antérieures ont montré que les expériences de déjà-vu se déclenchent plus fréquemment lors d’un état de fatigue ou de stress important. Le réseau parahippocampique-hippocampique ne deviendrait pas moins performant pour les individus ayant un nombre de cellule qui serait plus faible. Il serait seulement plus sensible aux facteurs extérieurs. En d’autres termes, ce réseau ne serait pas moins performant, mais plus facilement court-circuitable. Il n’y a donc pas d’inquiétude à avoir un peu moins de cellules cérébrales que la moyenne.

Le déjà-vu, un signal d'alarme ?Pour conclure, le déjà-vu en plus d’être cette illusion fascinante pourrait donc également être vu comme un avertissement. Il serait une alarme déclenchée pour informer l’organisme d’un surmenage et/ou d’un stress trop important auquel il faudrait remédier.


Pour aller plus loin :

Alario F.-X. et al. (2011). Toutes les questions que vous vous posez sur votre cerveau. Odile Jacob, Paris.


Sources :

Alario F.-X. et al. (2011). Toutes les questions que vous vous posez sur votre cerveau, chapitre « D’où vient le sentiment de déjà-vu ? », pages 148-151. Odile Jacob, Paris.

Bartolomei F. et al. (2012). Rhinal-hippocampal interactions during déjà vu. Clinical neurophysiology, 123 (3) : 489-495.

Brázdil M. et al. (2012). Unveiling the mystery of déjà vu : the structural anatomy of déjà vu. Cortex, 48 (9) : 1040-1043.


Sources images :

London bus and telephone box on Haymarket (2008). http://commons.wikimedia.org/wiki/File:London_bus_and_telephone_box_on_Haymarket.jpg

Gray H. (1918). Gray’s anatomy of the human body. Lea and Febiger, Philadelphie (page 718). http://en.wikipedia.org/wiki/File:Gray718.png

Hippocampus animation (2010). http://en.wikipedia.org/wiki/File:Hippocampus_small.gif

Parahippocampal gyrus (2010). http://en.wikipedia.org/wiki/File:Parahippocampal_gyrus_animation_small.gif

Mike zebble, Old alarm bell on the wall of « The Bay » (2005). http://www.flickr.com/photos/zebble/4677714/in/photostream/


Pour citer ce billet : « Le souvenir du présent », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 31/03/2014. Consulté le 30/05/2017. Lien : http://cervenargo.hypotheses.org/111.


2 réflexions au sujet de « Le souvenir du présent »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *