La sélection cérébrale de la semaine (numéro 126)

Voici ma sélection des articles publiés la semaine du 19 au 26 décembre 2016 dans le domaine des neurosciences.

Il est reconnu que lors d’une grossesse, la physiologie de la mère se modifie tant sur le plan métabolique, qu’hormonal. Une étude européenne a montré que le cerveau subissait également des modifications et que celles-ci pouvaient durer au moins deux ans après la naissance. Ces changements cérébraux cibleraient notamment les zones cérébrales ayant un rôle dans les interactions sociales.

Au cours de la maladie d’Alzheimer, certaines molécules (peptide bêta-amyloïde) peuvent se retrouver produites en grande quantité et accumulé à l’extérieur des cellules. Ces amas moléculaires vont créer une inflammation qui a tendance aggraver la dégénérescence des neurones. Une équipe de recherche vient de démontrer qu’un traitement par immunothérapie – potentialisant les effets du système immunitaire – pourrait améliorer la neuro-inflammation et améliorer certaines fonctions cognitives. Bien que prometteur ce traitement a deux grosses limites, premièrement les effets n’ont été observés que chez l’animal et il s’attaque seulement aux symptômes et non à la source de la pathologie qui continuerait d’évoluer.

Toujours en restant dans le cerveau au niveau cellulaire, parlons de la barrière hémato-encéphalique. Le cerveau a besoin d’un apport en oxygène et en glucose très important qu’il puise dans la circulation sanguine. Mais toutes les molécules ne peuvent pas passer librement du sang au cerveau. La barrière hémato-encéphalique – composée de certaines cellules spécifiques – joue ce rôle de filtre biologique. Voici un article centré sur une très belle photographie afin d’en découvrir un peu plus sur cette barrière cérébrale.

Etre très intelligent prédisposerait à des troubles psychologiques selon une idée reçue tenace entretenu notamment par certaines oeuvres littéraires ou cinématographiques. Mais comme souvent avec les idées reçues, elles se révèlent fausses lorsque l’on essaie d’en savoir un peu plus en cherchant des preuves scientifiques. Donc non, être très intelligent n’est pas un facteur de risque pour développer un trouble psychologique.

Les cauchemars peuvent être une réelle source d’anxiété pour certaines personnes au moment du coucher. En effet, des pathologies peuvent accentuer la survenue de ces épisodes désagréables au cours de la nuit. Néanmoins que la source soit pathologique ou non, des techniques existent afin d’apprendre à contrôler et maitriser ses cauchemars.


Source image :

Freestocks.org – Pregnancy pregnant motherboard parenthoof (2016). https://www.pexels.com/photo/pregnancy-pregnant-motherboard-parenthoof-57529/


Pour citer ce billet : « La sélection cérébrale de la semaine (numéro 126) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 29/12/2016. Consulté le 19/11/2017. Lien : http://cervenargo.hypotheses.org/1289.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *