Feux d'artifices 2016

La sélection cérébrale de l’année (2016)

Voici ma sélection des articles publiés au cours de l’année 2016 dans le domaine des neurosciences.

Découvertes marquantes

Cette année, énormément de découvertes intrigantes, parfois insolites, mais toujours fascinantes ont permis de faire un peu plus avancer la compréhension du fonctionnement de notre cerveau et un certain nombre d’entre elles ont été recensées semaine après semaine dans la sélection cérébrale.

En 2016, il a été question de temps.

En se tournant vers le passédu tissu cérébral fossilisé de dinosaure a été découvert pour la première fois.

Au présentla notion du temps s’acquiert chez l’enfant dès lors que sa compétence en maniement des nombres est assez élaborée. On a également découvert que le cerveau ne fonctionne pas de la même façon tout au long de l’année. En effet, l’activité cérébrale fluctue au cours des différents mois du calendrier.

Le futur s’est décliné à l’indicatifle cerveau trouverait beau ce qui lui demande le moins d’énergie à encoder. Et il s’est également décliné au subjonctif – ce temps de l’incertain et du doute – lorsqu’il a été découvert que le cerveau pourrait prendre goût au mensonge. De mensonge en mensonge, une partie du cerveau serait de plus en plus active.

Science-fiction

D’autres recherches moins marquantes, mais parfois bien plus extravagantes méritent tout de même d’être citées, car elles sont tellement extraordinaires qu’elles semblent sortir d’un film de science-fiction.

La quête de l’immortalité

L’idée un peu folle d’arriver un jour à greffer un corps entier sur une tête isolée existe depuis un moment, mais elle n’est pas (encore) réalisable chez l’homme. Néanmoins, la procédure (théorique) mêlant produit chimique et courant électrique existe et a été testée par le scientifique à l’initiative de cette idée. Il aurait réussi à transplanter un corps de singe sur la tête d’un autre singe. Fier de cette avancée, un projet de transplantation chez l’homme serait prévu pour la fin 2017. Affaire à suivre cette année ?

Une autre piste envisagée pour atteindre l’immortalité est la cryogénisation. Cette technique pourrait bientôt devenir une réalité. En effet, la détérioration des tissus durant la procédure de congélation était un des freins majeurs à l’utilisation de ce mode de conservation. Mais une équipe a mis au point une procédure permettant de figer le cerveau afin de le cryogéniser sans entraîner de détérioration.

Flirter avec la mort

Entre Walking Dead et Alienun champignon est capable de « zombifier » des grenouilles pour assurer sa propre dissémination. Ce parasite modifierait la chimie de son cerveau de son hôte pour le transformer en Don Juan augmentant ainsi sa prolifération dans l’espèce.

Plus proche de Frankenstein, une entreprise américaine a été autorisée à débuter une étude sur des patients en état de mort cérébrale dans le but… de les ramener à la vie.

Nouvelles technologies

Dans l’air du temps, les chercheurs s’intéressent aux liens existants entre la technologie moderne et notre cerveau, smartphones, réalité virtuelle, réseaux sociaux, intelligence artificielle… tout y passe.

Mails. La liste interminable de mail non lus est une source de stress moderne non négligeable. Néanmoins, ce ne serait pas tant le nombre de mail que la façon de les traiter qui induirait ce stress.

SMSUn rythme cérébral atypique serait présent chez certaines personnes lorsque celles-ci écrivent un SMS.

SmartphonesGarder son smartphone à ses côtés juste avant de s’endormir n’est pas vraiment une bonne idée notamment pour la qualité de son sommeil et de sa mémoire.

Applications. Une application de smartphone promet de rééduquer le cerveau pour pallier la presbytie.

Jeux vidéos. La pratique de jeux de tirs à la première personne pourrait être bénéfique lors de la rééducation de patients atteints de lésions cérébrales.

Réalité virtuelle. La réalité virtuelle aurait un impact sur le cerveau et son fonctionnement en en modifiant sa chimie.

Réseaux sociaux. Les « likes », tout comme les images et les photos modifieraient le fonctionnement du cerveau. Et les réseaux sociaux pourraient être aussi addictif que ce que peut l’être une drogue.

Intelligence artificielle. Pour se construire et s’améliorer, l’intelligence artificielle aurait besoin de l’empathie humaine. Et elle pourrait prendre de meilleures décisions en s’inspirant du fonctionnement des cellules nerveuses des escargots.

Faux semblants et neuro-mythes

Cette année fut également riche en démystification, faisant ainsi tomber des croyances et des préjugés.

Une bonne démystification passe par une définition correcte de certains termes. Ainsi cette année les mots mort cérébrale et effet placebo ont été clairement délimités.

D’autres articles se sont évertués à dénoncer les idées reçues sur certains sujets comme l’action pas si neutre que peut avoir un placebo, les faux-semblants de certains résultats en imagerie par résonance magnétique fonctionnelle et l’absurdité de ne pratiquer des études scientifiques que sur des sujets mâles.

Récompenses et célébrations

Comme chaque année l’annonce de l’attribution des prix Nobel a été un grand moment, l’occasion rêvée pour revenir sur les histoires les plus farfelues qui ont mené certains chercheurs à obtenir ce prestigieux prix.

Egalement comme chaque année – mais bien moins médiatisé – la cérémonie de remise des Ig Nobel a récompensé les études scientifiques les plus insolites et imaginatives. Le lauréat dans la catégorie neurosciences a cette année était distingué pour sa découverte sur la distorsion de la perception de l’environnement que l’on observe lorsque l’on regarde le monde entre ses jambes.

Et enfin, 2016 a été l’année de la célébration du 350ème anniversaire de l’Académie des Sciences. Une belle occasion pour rappeler que la science sert de rempart entre la société et les pseudo-scientifiques/vrai-charlatans.

Bonnes résolutions

Les découvertes de cette année ont également des répercutions pratiques directes sur notre quotidien. En adoptant quelques bonnes résolutions, la nouvelle année devrait être encore meilleure que la précédente.

1) Mieux manger (sans oublier de se faire plaisir). La consommation régulière de chocolat serait associée à de meilleures fonctions cérébrales. Aucun remords à avoir à céder à sa gourmandise. D’autant plus que, consommer une faible dose de sucre pourrait avoir une action anti-stress.

2) Mieux bouger. L’utilisation quotidienne des escaliers pourraient aider à entretenir votre cerveau et vos fonctions cognitives.

3) Mieux interagir. S’il est peu stimulé, le cerveau s’use. Il faudrait entretenir le cerveau tout au long de la vie, pour qu’il continue à rester performant.

4) Mieux s’entourer. L’amitié ou plus particulièrement les liens sociaux stimulerait le cerveau afin qu’il libère des substances antidouleur permettant de mieux supporter douleur, anxiété et stress.

5) Mieux se décider. Prendre une décision économique importante en fin de journée ne serait pas judicieux, car la fatigue due à une longue journée réduirai l’excitabilité d’une partie du cerveau qui pousserait à des décisions plus impulsives.

6) Mieux vivreSe plaindre quotidiennement pourrait rendre malade.

Histoires insolites

La description de nombreux cas médicaux extrêmement rares aura également été très importante et fascinante cette année.

Il y a notamment eu le cas farfelu de cet homme convaincu que son chat avait été remplacé par un sosie. Ou de cette femme persuadée de vivre dans la copie conforme de sa propre maison.

Des cas laissent « sans voix ». Comme ce fut le cas pour ce footballeur américain qui en sortant du coma avait changé de langue maternelle. Ou pour de cet italien qui s’est mis du jour au lendemain à ne plus vouloir parler que le français.

D’autres histoires sont plus intrigantes, comme celle de cet homme dont la main droite s’opposait aux actions de sa main gauche. Ou celle de cette femme souffrant de simultagnosie, un trouble l’empêchant de percevoir deux éléments en même temps. Celle de cet homme – souffrant d’héminégligence – incapable de percevoir toute une partie de son environnement. Et celle de cette petite fille qui souffrait du syndrome d’Alice au pays des merveilles, cette pathologie rare qui se caractérise par une altération de la perception de l’espace, du temps et de soi-même.

Pour finir, tous ces cas sont passionnants, car ils révèlent certains mécanismes du fonctionnement du cerveau qui resteraient cachés s’ils ne déraillaient pas chez certains individus. Par exemple, des avancées ont été réalisées sur la compréhension de la mémoire avec l’étude de ces médecins qui après plusieurs heures de garde ont développé une amnésie de fatigue ou l’histoire de cet homme qui a fini par se convaincre qu’il avait commis un crime.

Ces études de cas, enseignent que bien des mystères sont encore à décrire et découvrir lorsque l’on s’intéresse à ce fabuleux organe qu’est le cerveau.

2016, une année rude et pleine d’engagement à la fois

Avant de conclure, une pensée et un mot en hommage à toutes les personnes touchées par la barbarie en 2016. Le travail des chercheurs, des journalistes et des vulgarisateurs est essentiel, car faire avancer la connaissance, c’est combattre le fanatisme et l’obscurantisme. Chaque personne, à son échelle, peut combattre les ténèbres. Et les articles en ce sens ont été très nombreux cette année.

Il est selon moi, primordial de vulgariser les découvertes faites au quotidien dans les laboratoires. Ceci dans le but d’informer, de divertir, d’instruire et de partager, mais aussi de développer le jugement critique concernant ces nouvelles avancées et le monde en général. Tel est le but de Cerveau en Argot.

Cette année aura été année enrichissant tant scientifiquement qu’humainement. Merci à Hypotheses pour leur soutien et leur confiance, merci au Café des sciences de m’avoir intégré au sein de la grande et très enrichissante communauté des blogs de sciences francophone et un énorme merci à tous les lecteurs.


Source image :

Gerd Altmann – New year’s eve gold (2015). https://pixabay.com/en/new-year-s-day-new-year-s-eve-gold-1054594/


Pour citer ce billet : « La sélection cérébrale de l’année (2016) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 20/01/2017. Consulté le 25/07/2017. Lien : http://cervenargo.hypotheses.org/1296.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *