Grotte illuminé par le soleil

La sélection cérébrale de la semaine (numéro 147)

Voici ma sélection des articles publiés la semaine du 15 au 22 mai 2017 dans le domaine des neurosciences.

Une équipe de recherche vient d’établir que l’apparition de l’intelligence « humaine » serait bien plus ancienne que ce qui était suspecté. Selon leurs travaux, la cognition de type humaine nécessaire à la confection d’outils primitifs élaborés serait apparue il y a 1,75 millions d’années.

Pour une même tâche à réaliser, les mêmes neurones ne seront pas forcément utilisés en fonction de la présence ou non d’un congénère. Cette découverte intéressante réalisée chez le singe, met en lumière des mécanismes de fonctionnement du cerveau différent en fonction de l’environnement social.

L’homme est capable de comprendre les grognements des chiens. Tout du moins, les humains sont capables de distinguer le contexte à l’origine de l’émission de ces grognements.

Dans la sélection cérébrale (numéro 145), je revenais une énième fois sur les travaux fous de ce chercheur italien décidé à réaliser la première greffe de corps pour la fin de l’année. Pour la présidente du comité d’étique de l’association européenne des sociétés (savantes) de neurochirurgie, « il est peu probable que le patient survive ».

Que perçoit une personne dans le coma ? Question complexe et encore assez mystérieuse, d’autant plus que le terme coma peut recouvrir plusieurs états de conscience différents.

L’environnement modifie et modèle notre cerveau, notamment au cours de notre enfance. Une équipe chinoise vient de mettre en évidence que le fait d’être né au sein d’une fratrie ou être enfant unique pourrait être un paramètre modifiant le développement du cerveau.

Les conditions, notamment socio-économiques, dans lesquelles un individu passe son enfance pourraient influencer ses choix politiques à l’age adulte selon une étude récente. Un travail à lire avec un bel esprit critique, notamment en ce qui concerne les tests utilisés pour arriver aux conclusions finales.

Si le bâillement est un phénomène contagieux, cela en partie dû à l’activité de neurones bien spécifiques, les neurones miroirs.

Construite une suite de chiffre plus ou moins complexe pourrait être un indice permettant de refléter les performances cognitives dont sont capables les individus.

Et pour finir, voici un article revenant sur l’effet Mozart, ce mythe assez rependu voulant que l’écoute de la musique classique puisse booster les capacités intellectuelles.


Source image :

Ksenia Kudelkina – Brown rocky cave (2015) recadrée. https://unsplash.com/photos/Wvas_uTO8wQ


Pour citer ce billet : « La sélection cérébrale de la semaine (numéro 147) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 24/05/2017. Consulté le 18/10/2017. Lien : http://cervenargo.hypotheses.org/1462.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *