Portrait de femme

La sélection cérébrale de la semaine (numéro 151)

Voici ma sélection des articles publiés la semaine du 12 au 19 juin 2017 dans le domaine des neurosciences.

Reconnaître un visage serait bien moins complexe que ce qui était imaginé. Un nombre limité de neurone réparti entre certaines zones cérébrale suffirait à remplir cette fonction.

Internet, fait partie de notre quotidien et à ce titre, ce nouvel élément impacte le fonctionnement de notre cerveau. Mais cela ne nuirait pas au cerveau, bien au contraire.

Des études récentes chez le campagnol ont mis en lumière le lien unissant la connexion reliant deux zones cérébrales (le cortex préfrontal et le noyau accumbens) et le comportement de reproduction. De là à parler d’amour, le raccourci est peut-être un peu trop important.

Le manque de lien formel liant la structure des réseaux neuronaux et les fonctions cérébrales émergentes pourrait provenir d’une complexité géométrique multidimensionnelles à près de onze dimensions.

Le système visuel continuerait sa maturation jusqu’à près de 35 ans, ce qui pourrait ouvrir de nouvelles pistes thérapeutiques.

Une société néo-zélandaise mène une étude consistant à greffer des cellules porcines pour combattre la maladie de Parkinson.

Et pour finir, voici une magnifique microgravure révélant toute la complexité du cerveau.


Source image :

Sebastian Unrau – Girl woman looking portrait (2015). https://unsplash.com/photos/dT4hx-QW0Aw


Pour citer ce billet : « La sélection cérébrale de la semaine (numéro 151) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 21/06/2017. Consulté le 26/07/2017. Lien : http://cervenargo.hypotheses.org/1487.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *