Femme se tenant la tête

Le cerveau face au trac (chronique 1)

Face à une situation inconnue et difficilement contrôlable, l’organisme entre dans un état bien particulier et provoque ce qui est nommé le trac.

Souffle court, bouche sèche, palpitations à tout rompre, telles sont quelques-unes des manifestations du trac qui sont dues à un bouleversement neurochimique très particulier au niveau cérébral.

Chronique diffusée le 27 octobre 2016. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

Damasio A. (1995). L’erreur de Descartes : la raison des émotions. Odile Jacob, Paris.


Sources :

Gray J.A. et McNaughton N. (2000). The neuropsychology of anxiety : an enquiry into the function of the septo-hippocampal system, 2ème édition, chapitres « Overview » et « A theory of the behavioural inhibition system », pages 1 et 83. Oxford University Press, New York.

Hofmann S.G. et al. (2010). Neurobiological correlates of cognitions in fear and anxiety : a cognitive-neurobiological information-processing model. Cognition and emotion, 26 (2) : 282-299.

LeDoux J. (1996). The emotional brain : the mysterious underpinnings of emotional life, chapitre « The holy grail », page 73. Simon & Scuster Paperbacks, New York.

Pitkänena A. et al. (1997). Organization of intra-amygdaloid circuitries in the rat : an emerging framework for understanding functions of the amygdala. Trends in neurosciences, 20 (11) : 517-523.


Source image :

Kat Jayne – Adult alone black and white dark (2017). https://www.pexels.com/photo/adult-alone-black-and-white-dark-551588/


Pour citer ce billet : « Le cerveau face au trac (chronique 1) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 31/08/2017. Consulté le 19/11/2017. Lien : http://cervenargo.hypotheses.org/1614.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *