Petite fille mangeant de la pastèque

L’éprouvante misophonie (chronique 14)

Respirer, déglutir, boire, autant de sons anodins pouvant être de réelles tortures pour les personnes souffrant de misophonie.

Certains sons du quotidien peuvent être insoutenables pour les individus atteints de misophonie.

Chronique diffusée le 9 février 2017. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

Sacks O. (2009). Musicophilia : la musique, le cerveau et nous. Seuil, Paris.


Sources :

Cavanna A.E. et Seri S. (2015). Misophonia : current perspectives. Neuropsychiatric disease and treatment, 11 : 2117-2123.

Dozier T.H. (2015). Etiology, composition, development and maintenance of misophonia : a conditioned aversive reflex disorder. Psychological thought, 8 (1) : 114-129.

Edelstein M. et al. (2013). Misophonia : physiological investigations and case descriptions. Frontiers in human neuroscience, 7 (296) : 1-11.

Kumar S. et al. (2017). The brain basis for misophonia. Current biology, 27 (4) : 527-533.

Taylor S. (2017). Misophonia : a new mental disorder ? Medical hypotheses, 103 : 109-117.


Source image :

Jill Wellington – Watermelon summer (2014). https://pixabay.com/en/watermelon-summer-846357/


Pour citer ce billet : « L’éprouvante misophonie (chronique 14) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 17/10/2017. Consulté le 19/11/2017. Lien : http://cervenargo.hypotheses.org/1648.

4 réflexions au sujet de « L’éprouvante misophonie (chronique 14) »

    1. N’étant pas médecin, je ne me prononcerai pas sur des pistes de traitements. Je ne serai que vous conseiller de vous rapprocher de votre médecin ou d’associations de personnes atteintes de misophonie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *