Enfant criant devant un microphone

Le cerveau orchestre (chronique 21)

Le beatboxing permet de réaliser des prouesses vocales exceptionnelles corrélées avec certaines particularités cérébrales.

Utiliser l’appareil phonatoire et buccal afin d’imiter des instruments de musique, telle pourrait être la définition du beatboxing, mais derrière cette simplicité apparente se cache une activité vocale singulière associée à un fonctionnement cérébral qui le serait tout autant.

Chronique diffusée le 30 mars 2017. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« What beatboxing can teach us about the brain », par Emily Reynolds. Publié sur Wired, le 16/10/2015. Consulté le 09/11/2017. Lien : http://www.wired.co.uk/article/sophie-scott-wired-2015.


Sources :

De Torcy T. et al. (2014). A video-fiberscopic study of laryngopharyngeal behaviour in the human beatbox. Logopedics phoniatrics vocology, 39 (1) : 38-48.

Proctor M. et al. (2013). Paralinguistic mechanisms of production in human « beatboxing » : a real-time magnetic resonance imaging study. The journal of the acoustical society of america, 133 (2) : 1043-1054.

Stowell D. et Plumbley M.D. (2010). Delayed decision-making in real-time beatbox percussion classification. Journal of new music research , 39 (3) : 203-213.


Source image :

Free-photos – Microphone boy studio screaming (2016). https://pixabay.com/en/microphone-boy-studio-screaming-1209816/


Pour citer ce billet : « Le cerveau orchestre (chronique 21) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 09/11/2017. Consulté le 20/11/2017. Lien : http://cervenargo.hypotheses.org/1655.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *