Vielles photographies

Les incriminants faux-souvenirs (chronique 26)

Au rappel d’un souvenir, toute une histoire se reconstitue, si certains éléments étrangers sont pris dans ce mécanisme, de faux-souvenirs peuvent alors être créés.

Expérimentalement, il est possible de convaincre quelqu’un qu’il a commis un crime pour lequel il est innocent.

Chronique diffusée le 11 mai 2017. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Comment convaincre aisément quelqu’un qu’il a commis un crime », par Pierre Barthélémy. Publié sur Passeur de sciences, le 03/02/2015. Consulté le 04/12/2017. Lien : http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2015/02/03/comment-convaincre-aisement-quelquun-quil-a-commis-un-crime/.


Sources :

Bernstein D.M. et Loftus E.F. (2009). How to tell if a particular memory Is true or false. Perspectives on psychological science, 4 (4) : 370-374.

Chrobak Q.M. et Zaragoza M.S. (2008). Inventing stories : forcing witnesses to fabricate entire fictitious events leads to freely reported false memories. Psychonomic bulletin and review, 15 (6) : 1190-1195.

Chrobak Q.M. et Zaragoza M.S. (2013). When forced fabrications become truth : causal explanations and false memory development. Journal of experimental psychology : general, 142 (3) : 827-844.

Gudjonsson G.H. et Pearse J. (2011). Suspect interviews and false confessions. Current directions in psychological science, 20 (1) : 33-37.

Kassin S.M. et Kiechel K.L. (1996). The social psychology of false confessions : compliance, internalization, and confabulation. Psychological science, 7 (3) : 125-128.

Laney C. et Loftus E.F. (2008). Emotional content of true and false memories. Memory, 16 (5) : 500-516.

Patihis L. et al. (2013). False memories in highly superior autobiographical memory individuals. Proceedings of the national academy of sciences, 110 (52) : 20947-20952.

Porter S. et al. (2000). Negotiating false memories : interviewer and rememberer characteristics relate to memory distortion. Psychological science, 11 (6) : 507-510.

Shaw J. et Porter S. (2015). Constructing rich false memories of committing crime. Psychological science, 26 (3) : 291-301.


Source image :

Cristi – Memories (2015). http://mystock.photos/memories/


Pour citer ce billet : « Les incriminants faux-souvenirs (chronique 26) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 04/12/2017. Consulté le 13/12/2017. Lien : http://cervenargo.hypotheses.org/1670.

2 réflexions sur « Les incriminants faux-souvenirs (chronique 26) »

  1. Mon site parle amplement de la question des faux souvenirs et cite les références que vous citez, ainsi que beaucoup de mes articles publiés par Science et peseudosciences., la revue de l’AFIS,. Je suis étonnée que cela ne figure pas dans vos références…
    http://www.pseudo-sciences.org/
    Brigitte Axelrad
    Membre du Comité de rédaction de Science et pseudo sciences

    1. Ma politique de citation repose sur un ou deux conseils de lectures vulgarisés, suivi des références scientifiques m’ayant permis de rédiger ma chronique.
      Ayant initialement pris connaissance de l’étude centrale que j’expose dans ma chronique, il y a quelques années lorsque Pierre Barthélémy en avait parlé sur son blog lemonde.fr, il m’a semblé correct, par respect et reconnaissance envers son travail de privilégier la citation de son article.
      Je connais également les travaux de l’AFIS, qu’il m’arrive de citer. Par votre commentaire, je découvre vos contributions et si l’occasion et la pertinence si prête, je ne manquerai pas de saluer votre travail.
      Au plaisir d’échanger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *