Museau de chien en gros plan

La sous-estimation olfactive (chronique 27)

Une déconstruction du mythe voulant que l’odorat humain soit bien largement inférieur à celui des chiens.

Contrairement à une idée largement répandue, l’olfaction canine n’est pas supérieure à l’olfaction humaine.

Chronique diffusée le 18 mai 2017. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Le nez de l’homme rivalise avec celui du chien (surtout quand il est question de vin) », par Grégory Rozières. Publié sur Huffingtonpost, le 12/05/2017. Consulté le 07/12/2017. Lien : http://www.huffingtonpost.fr/2017/05/12/le-nez-de-lhomme-rivalise-avec-celui-du-chien-surtout-quand-i_a_22082868/.


Sources :

Glusman G. et al. (2001). The complete human olfactory subgenome. Genome research, 11 : 685-702.

Huart C. et al. (2013). Plasticity of the human olfactory system : the olfactory bulb. Molecules, 18 (9) : 11586-11600.

Laska M. et al. (2005). The number of functional olfactory receptor genes and the relative size of olfactory brain structures are poor predictors of olfactory discrimination performance with enantiomers. Chemical senses, 30 (2) : 171-175.

McGann J.P. (2017). Poor human olfaction is a 19th-century myth. Science, 356 (6338) : 1-6.

Turner W. (1890). The convolutions of the brain : a study in comparative anatomy. Journal of anatomy and physiology, 25 (1) : 105-153.

Zelano C. et Sobel N. (2005). Humans as an animal model for systems-level organization of olfaction. Neuron, 48 (3) : 431-454.


Source image :

Ilona – Dog nose snout head animal close (2017). https://pixabay.com/en/dog-nose-snout-head-animal-close-2733224/


Pour citer ce billet : « La sous-estimation olfactive (chronique 27) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 07/12/2017. Consulté le 12/12/2017. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/1671.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *