Petite villa dormant

11 jours blancs

L’été est là ! Avec lui vient les longues journées et les soirées entre amis. Mais aussi les courtes nuits qui s’en suivent. Dans les semaines à venir, il vous arrivera peut-être même de ne pas dormir de tout une nuit, de faire une nuit blanche. Au cours de votre vie vous avez sans doute déjà vécu cette expérience. Vous connaissez alors surement les conséquences d’une telle nuit au niveau mental (étourdissements, difficultés de concentration…) et physique (fatigue…). Mais vous êtes vous demandé ce que provoquerait une plus longue privation de sommeil ? Cela pourrait-il vous rendre malade ? Vous faire perdre totalement la raison ?

Une réponse à ces questions existe. Elle a été donnée par un jeune lycéen américain.

En novembre 1963, Randy Gardner était avec deux de ses camarades, Bruce McAllister et Joe Marciano Jr., à la recherche d’un projet scientifique. Ce projet devait être proposé au salon de la science de San Diego se tenant le mois suivant. Après quelques jours de réflexion, Randy et ses camarades avaient trouvé leur projet. Ils allaient étudier l’effet de la privation de sommeil.

Le 28 décembre, Randy se leva à 6h00. Il ne retourna se coucher que le matin du 8 janvier, restant ainsi éveillé pendant plus de 11 jours. Cette expérience assez simpliste permis de faire tomber plusieurs dogmes scientifiques. Elle marqua également l’histoire de la science en restant, encore à ce jour, la plus longue période sans sommeil attestée chez un homme.

Comment se déroula l’expérience ?

Les trois amis avaient un rôle précis. Bruce et Joe devaient  maintenir Randy éveillé en l’occupant à tour de rôle. Randy quant à lui devait rester éveillé et ceci sans l’aide de drogue ou de caféine. Il se soumettait également régulièrement à des tests. Ces tests avaient pour but d’évaluer ses fonctions physiques et mentales.

Cette expérience atypique eu un fort retentissement régional. Et assez rapidement, cette histoire fut reprise dans les médias nationaux. Un article fut même consacré à l’expérience de Randy dans le célèbre magazine Life.

Alerté par les médias, le docteur William Dement spécialiste du sommeil de l’université de Stanford se joignit au trio. Il réalisa des évaluations plus poussées sur l’état de Randy et publia par la suite plusieurs articles scientifiques sur cette étude.

Que provoqua la privation de sommeil ?

Le premier jour, Randy ne présenta aucun effet dû au manque de sommeil. Sa mémoire était correcte, tout comme sa coordination, son équilibre et son sens de l’humour. Mais dès le second jour, il commença à manifester des troubles légers de la mémoire. Il devint irritable et nauséeux, ne supportant plus de regarder la télévision. Au quatrième jour, il eut de faibles hallucinations. Il confondit par exemple un panneau de signalisation avec une personne et il se prit pendant quelques instants pour un célèbre joueur de football américain. A partir du cinquième jour, Randy ne manifesta plus de sens de l’humour. Et au septième jour, il commença à avoir des tremblements, des problèmes d’articulation et son cerveau ne présentait plus de rythme alpha.

Le rythme alpha est un des rythmes présents lorsque l’on enregistre le fonctionnement électrique du cerveau. Cet enregistrement se fait à l’aide de capteur et cet examen se nomme l’électroencéphalographie (ou EEG).

Dispositif d'enregistrement EEG
L’électroencéphalographie (EEG) est une méthode d’exploration cérébrale qui mesure l’activité électrique du cerveau par des électrodes placées sur le cuir chevelu.

Un rythme cérébral naît lorsque plusieurs populations de neurones réparties dans le cerveau fonctionnement de manière simultané avec une répétition précise dans le temps. Le rythme alpha est présent lorsque l’individu est dans un état d’éveil au calme.

Rythme alpha
Le rythme alpha est une oscillation électroencéphalographie (entre 8 et 14 Hertz) résultant de l’activité électrique du cerveau, se manifestant lorsque le sujet enregistré est éveillé et calme.

Dans le cas de Randy, ce rythme avait totalement disparu dès le septième jour. Ce qui suggère que le fonctionnement de son cerveau n’était plus le même qu’une personne ayant dormi normalement.

Dans les jours qui suivirent, Randy ne présenta plus de détérioration importante de son état. Lors de sa dernière nuit d’éveil, Randy put même battre un de ses amis à un jeu électronique. Il tint également une conférence de presse nationale de façon tout à fait cohérente. Contrairement à ce que certains spécialistes pensaient (et heureusement pour lui), Randy ne devint pas psychotique. Bien que présent, les effets dûs à son manque de sommeil n’étaient pas très handicapant. Jusqu’au dernier jour, le docteur Dement recueillit un nombre important de données sur Randy. Ces résultats changèrent à jamais les idées que l’on avait sur l’importance du sommeil.

Que se passa-t-il après ?

Là encore contrairement à ce que certains scientifiques supposaient, Randy se remit très rapidement de sa privation de sommeil. Une fois l’expérience terminée il alla se coucher et dormit près de quinze heures. Après cette première nuit, les symptômes que Randy manifestait avaient presque totalement disparus. Et une semaine après la fin de l’expérience, il avait retrouvé un sommeil et un comportement normal. Aucun effet à long terme physique ou psychologique n’a été observé chez Randy. Il demeure toujours à ce jour, le détenteur du record de la plus longue période sans sommeil avec ses 264,4 heures d’éveil.

Qu’a apporté cette étude ?

L’expérience/exploit de Randy a permis de réfuter certaines théoriques. En effet, une longue privation de sommeil ne semble pas provoquer de troubles physiques ou mentaux très importants. Et ceux-ci disparaissent vraisemblablement très rapidement après quelques nuits de sommeil.

Néanmoins, les résultats de cette expérimentation restent à nuancer. Car, celle-ci a été effectuée chez un volontaire ne souffrant d’aucune maladie et d’aucun trouble du sommeil. Une telle expérience reproduite chez une personne souffrant de faiblesse cardiaque ou d’insomnie chronique pourrait avoir une issue totalement différente. En effet, de nombreuses études ont démontré qu’un sommeil de mauvaise qualité pouvait entrainer au long terme de graves conséquences.

Ensuite, cette étude n’a été réalisée que sur une seule personne. Il est donc très difficile d’en tirer de grandes conclusions. Il serait intéressant de reproduire cette expérience avec des mesures plus détaillées, dans un cadre un peu plus contrôlé et sur plusieurs sujets.

De telles expériences permettront de mieux comprendre le fonctionnement de notre cerveau et d’en apprendre plus sur le rôle du sommeil qui demeure encore assez mystérieux.


Pour aller plus loin :

Camara C. et Gaston C. (2012). 150 idées reçues sur le corps humain. First-Gründ, Paris.


Sources :

Bear M. F. et al. (2007). Neurosciences : à la découverte du cerveau, 3ème édition, chapitre « Rythmes du cerveau », page 620. Pradel, Rueil-Malmaison.

Camara C. et Gaston C. (2012). 150 idées reçues sur le corps humain, chapitre « La privation de sommeil peut rendre fou », pages 151-152. First-Gründ, Paris.

Hunt G. P. et al. (1964). No sleep for 11 days. Life, 56 (7) : 71-72.

Johnson L. C. et al. (1965). Electroencephalographic and autonomic activity during and after prolonged sleep deprivation. Psychosomatic Medicine, 27 (5) : 415-423.

Lawton G. (2010). How long can you go without sleep ? New scientist, 2756 : 35.


Sources images :

Sleeping girl (2011). https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a8/Sleeping-girl.jpg?uselang=fr

EEG recording (2012). https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/39/EEG_recording.jpg/640px-EEG_recording.jpg?uselang=fr

Electroencephalogram (2005). https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/ElectroEncephalogram.png?uselang=fr


Pour citer ce billet : « 11 jours blancs », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 31/07/2014. Consulté le 25/07/2017. Lien : http://cervenargo.hypotheses.org/282.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *