Dune de sable

La sélection cérébrale de la semaine (numéro 48)

Voici ma sélection des articles publiés la semaine du 22 au 29 juin 2015 dans le domaine des neurosciences.

Au point de vue physique, le cerveau se comporte de la même façon qu’un tas de sable. Le cerveau a la capacité de se remodeler à un niveau très local pour modifier son organisation afin d’interagir au mieux avec ce qui l’entoure. Cette particularité est partagé avec le sable, qui lorsque mis en tas va pouvoir, grain par grain, de proche en proche, se réorganiser en fonction des contraintes de l’environnement pour conserver se forme. En sachant ça, l’été sur la plage ne sera plus jamais le même.

Une appétissante glace au chocolat. Un magnifique cerisier en fleur. Le grand sphinx de Gizeh. Pour chacune de ces phrases, une image mentale à surement bondit à votre esprit. Cette représentation spontanée est essentielle pour concevoir ce qui est évoqué. Nous sommes tous pourvus de cette capacité à l’exception de certaines personnes atteintes d’aphantasie.

Par la recherche d’un plaisir immédiat et des comportements d’isolement et de désocialisation, un usage abusif des jeux vidéos peut se comparer à une addiction.

J’en parlais dans la sélection cérébrale (numéro 45), le 11 mai dernier, suite à une initiative citoyenne, l’Union Européenne s’est penchée sur la délicate question du maintien de l’expérimentation sur l’animal dans un objectif de recherche encadrée. Le 3 juin, la Commission Européenne a rendu son verdict. Elle limite l’expérimentation faite sur les animaux dans un but de recherche, mais ne l’interdit pas. Et contrairement à ce qu’en disent bon nombre de détracteurs, l’expérimentation sur des animaux bien qu’évolutivement assez loin de l’Homme, comme les rats et les souris reste essentiel.

Pour finir sur un ton plus léger, le dernier-né des studios d’animation Pixar (the Walt Disney Company) nommé « Vice-versa », propose de plonger dans le centre de contrôle (cerveau) d’une petite fille pour voir comment ses émotions personnifiées se partagent les commandes. Bien qu’imaginatif et poétique, cette interprétation des mécanismes émotionnels n’est pas totalement dénuée de sens au niveau scientifique. Les petits, mais aussi les grands pourront y  trouver une source de divertissement et d’enrichissement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *