Cocktail

La sélection cérébrale de la semaine (numéro 55)

Voici ma sélection des articles publiés la semaine du 10 au 17 août 2015 dans le domaine des neurosciences.

La saison des douces soirées entre amis autour d’un verre touche à sa fin. Pour ne pas être envahi d’un sentiment de nostalgie, voici comment l’alcool contenu dans ces dit verres agit sur le cerveau.

Et puisqu’il est question d’ébriété, il est fascinant de comprendre ce qui permet à notre cerveau d’être conscient de ce qui nous entoure, ou au contraire, ce qui se passe dans celui-ci lorsque nous sommes distraits ou confus.

Au cours du temps, en dehors de toutes causes sociales ou historiques, les règles de grammaire des différentes langues parlées se modifieraient pour être le plus simple possible pour le cerveau.

Pour rester sur le sujet du langage, contrairement à ce que les chercheurs pensaient, la partie gauche du cerveau ne prend pas en charge toutes les formes de communication. En effet, il existe une forme de langage qui n’est pas parlée, mais sifflée. Pour comprendre cette langue, le cerveau a besoin de son côté gauche et de son côté droit (en anglais).

Voici l’histoire impressionnante de cet homme atteint d’épilepsie, qui lors de certaines de ses crises, arrête de respirer sans s’en apercevoir.

En parlant d’épilepsie, une équipe de recherche a démontré que le cerveau des personnes atteintes de cette maladie était plus réceptif à la musique. Cette découverte ouvre de nouvelles pistes pour la prise en charge cette pathologie.

Musique toujours, après avoir présenté l’histoire de ces hommes atteint de tumeur cérébrale devant jouer de la mandoline ou de la guitare durant leurs opérations afin que les chirurgiens ne retirent que les parties malades de leurs cerveaux, respectivement dans les sélections cérébrales (numéro 43) et (numéro 45), voici la vidéo d’un ténor qui a dû chanter un air d’opéra de Schubert, dans les mêmes conditions, pour les mêmes raisons. Bien que semblables, ces histoires restent toujours aussi fascinantes.

Addiction maintenant, avec les résultats surprenants d’une étude montrant que le jeu vidéo « Tetris » pourrait aider les personnes dépendantes en diminuant leurs pulsions d’envie de consommation de drogue.

Il est connu que le sommeil joue un rôle important dans la consolidation des souvenirs en mémoire, ainsi que dans le rappel de certains souvenirs « oubliés » comme je le mentionnais dans la sélection cérébrale (numéro 53). Grâce à une étude récente, on sait maintenant que le sommeil permet aussi de nettoyer le cerveau des déchets qu’il produit en fonctionnant.

Après le sommeil, parlons rêves. Depuis 1937, il est établi que durant la phase onirique, les yeux sous les paupières font de nombreux mouvements rapides. Mais jusqu’à nos jours, aucune explication tangible n’avait été donnée pour expliquer ce phénomène. Les choses viennent de changer grâce à des travaux récents proposant que ces mouvements oculaires permettraient de passer d’une scène à une autre dans un rêve.

Le ver solitaire ou ténia pourrait peut-être un jour être utilisé comme traitement contre la maladie d’Alzheimer. En effet, une étude récente, effectué chez le rat, a montré que les animaux infectés par le ver parasite avaient une détérioration de leurs souvenirs moins importante que les rats non infectés. Cette étude reste tout de même à prendre avec précaution, surtout en ce qui concerne sa potentielle application dans le traitement de la maladie d’Alzheimer.

Et pour finir, voici un article démolissant le bon vieux mythe de l’utilisation de seulement 10% des capacités du cerveau humain. Je suis désolé de démolir les espoirs de certaines personnes, mais le potentiel du cerveau n’est pas sans limite. Néanmoins, ce que nous avons à notre disposition n’est pas si mal et les futurs apports de la technologie peuvent nous permettre de continuer à rêver.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *