Censure

La sélection cérébrale de la semaine (numéro 56)

Voici ma sélection des articles publiés la semaine du 17 au 24 août 2015 dans le domaine des neurosciences.

Les images à caractère sexuelles et pornographiques modifient le fonctionnement du cerveau. Mais l’analyse de trois études menaient sur ce sujet montre que ces modifications ne sont pas aussi graves que ce qui était imaginé (en anglais).

En parlant de modification du fonctionnement cérébral, il suffirait de deux épisodes d’ivresse rapprochés pour altérer les processus d’apprentissage et de mémorisation, tout du moins chez le rat.

Puisqu’il est question de mémoire, il est intéressant de se demander si l’amnésie peut être réversible. Il semble évident qu’à la suite de lésion cérébrale, les souvenirs perdues le seront définitivement. Mais il parait possible, du moins en théorie, de réussir à récupérer les souvenirs devenus inaccessibles suite à certains accidents de la vie.

Changement encore, avec cette étude qui s’est intéressé à ce qui se passe dans la tête d’un homme devenant père. Résultat, le cerveau se modifie et ces changements ne sont pas les mêmes que ceux d’une mère (en anglais).

J’en parlais dans la sélection cérébrale (numéro 45), des chercheurs ont réussi à faire pousser des ébauches de cerveau en laboratoire. Depuis, d’autres travaux ont permis de continuer à avancer. Là où la première étude avait créé un cerveau identique au niveau de l’organisation des cellules, une nouvelle étude a réussi à recréer un modèle réellement équivalent au cerveau d’un foetus de 5 semaines. Ces progrès devraient permettre d’effectuer de nombreuses avancées sur la compréhension du fonctionnement du cerveau sain et malade.

Avancée technique encore, et toujours dans la sélection cérébrale (numéro 45), je parlais d’une technique mêlant la génétique et l’utilisation de faisceaux lumineux, nommé optogénétique. Cette technique permet d’interagir directement avec le fonctionnement du cerveau en activant ou en bloquant l’activité de certains neurones. Bien qu’exceptionnel, cet outil a néanmoins certaines contraintes d’utilisation car, il faut relier l’animal testé à une fibre optique amenant la lumière au coeur du cerveau. Cette fibre ayant tendance à limiter l’animal dans ses mouvements, les chercheurs sont également limités dans les expériences qu’ils pouvaient réaliser. Tout ceci est bien fini grâce à la mise au point d’un nouveau dispositif sans fil. Ces avancées devraient eux aussi permettre une meilleure compréhension du cerveau.

Voici un excellent article-reportage sous forme de bandes dessinées, qui nous plonge de façon touchante au coeur de la schizophrénie.

Et pour finir cette sélection, mais pour bien commencer la rentrée, voilà un guide recensant toutes les expositions scientifiques ayant lieu partout en France.


Source image :

Parental Advisory label (2001). https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/33/Parental_Advisory_label.svg/800px-Parental_Advisory_label.svg.png


Pour citer ce billet : « La sélection cérébrale de la semaine (numéro 56) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 25/08/2015. Consulté le 23/06/2017. Lien : http://cervenargo.hypotheses.org/740.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *