L’union des sens

Le goût de la prune vous évoque-t-il un triangle isocèle ? À l’écoute des trois premières mesures de « La chevauchée des Walkyries » de Richard Wagner percevez-vous un dégradé de couleur allant d’un pourpre granuleux à un indigo opaque ?

La réponse à ces questions un peu saugrenues est sûrement : non, pourtant c’est ainsi que les synesthètes perçoivent le monde. Pour en apprendre plus sur ces individus, je vous invite à lire la suite : l’union des sens.


Source image :

Paolini Pietro, (1603-1681), Allegory of the five senses, 1630, huile sur toile, 125,1 x 173 cm, Blatimore, Walters Art Museum. (2003) https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/29/Pietro_Paolini_-_Allegory_of_the_Five_Senses_-_Walters_372768.jpg/640px-Pietro_Paolini_-_Allegory_of_the_Five_Senses_-_Walters_372768.jpg


Pour citer ce billet : « L’union des sens », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 18/03/2014. Consulté le 17/10/2017. Lien : http://cervenargo.hypotheses.org/75.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *