Nouvelle année 2015

La sélection cérébrale de l’année (2015)

Voici ma sélection des articles publiés au cours de l’année 2015 dans le domaine des neurosciences.

Découvertes marquantes

Cette année, énormément de découvertes fascinantes ont permis de faire avancer la compréhension du fonctionnement de notre cerveau et un certain nombre d’entre elles ont été recensées semaine après semaine dans la sélection cérébrale.

Science-fiction

D’autres recherches moins marquantes méritent tout de même d’être citées, car elles sont tellement extraordinaires qu’elles semblent sortir d’un film de science-fiction.

Cette année il a été question de vie éternelle avec cette neuroscientifique anglaise prétendant que demain, il sera possible de télécharger son cerveau dans un ordinateur.

Il a été également question d’homme amélioré par la technologie, comme l’atteste les travaux de ces chercheurs qui ont réussi à mettre au point des éléments électroniques extrêmement petit directement injectables dans le cerveau permettant peut-être un jour de surveiller l’activité du cerveau, de stimuler des parties endommagées ou de mettre directement en contact l’homme et la machine. Dans la même veine, une autre équipe de recherche a pour la première fois implanter des puces électroniques dans le cerveau de volontaires afin d’améliorer leurs mémoires.

Et plus proche de la fiction que de la science, l’idée un peu folle de ce scientifique qui pense arriver un jour à greffer un corps entier sur une tête isolée. Plus qu’une simple idée, ce chercheur a même présenté sa procédure (théorique) mêlant produit chimique et courant électrique pour y parvenir.

Faux semblants et neuro-mythes

Cette année fut également riche en démystification, faisant ainsi tomber des croyances et des préjugés.

Il a été prouvé que les filles ne sont pas moins bonnes en mathématiques que les garçons. Tout comme elles n’ont pas un pire sens de l’orientation. Ces écueils seraient en grande partie dus à la pression qu’exerce la société sur chacun des sexes et à l’éducation teinté de stéréotype qui leurs est dispensé.

Autre mythe, que l’on soit un homme ou une femme, le cerveau ne sait pas faire plusieurs choses à la fois. Toutefois, il est capable d’en donner l’impression jusqu’à un certain point.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’écoute de musique extrême comme le heavy metal ou le punk aurait des vertus apaisantes et aiderait à traiter la colère.

Et enfin, pour contrer une des fausses croyances les plus répandues, voici un article démolissant le bon vieux mythe de l’utilisation de seulement 10% des capacités du cerveau humain.

Bonnes résolutions

Les découvertes de cette année ont également des répercutions pratiques directes sur notre quotidien. En adoptant quelques bonnes résolutions, cette nouvelle année devrait être encore meilleure que la précédente.

1) Mieux manger. Dans une certaine mesure et avec modération, manger du poisson éloignerait la dépression.

2) Mieux boire. L’alcool peut avoir de lourdes répercussions sur le cerveau, il suffirait de deux épisodes d’ivresse rapprochés pour altérer les processus d’apprentissage et de mémorisation. Il pourrait être intéressant de remplacer son verre alcoolisé par un petit café. En effet, cette boisson peut avoir un effet protecteur sur les troubles cognitifs précédent la maladie d’Alzheimer à condition que celui-ci soit consommé de façon régulière et modéré. Mais là aussi, tout est affaire de modération, car à forte dose, la caféine présente dans le café pourrait favoriser le développement de cette même maladie.

3) Mieux vivre. Il serait peut-être temps d’arrêter de fumer  afin de protéger le cerveau. Il serait intéressant de limiter son temps d’exposition aux nouvelles technologies, car sans en avoir pleinement conscience, les smartphones pourraient provoquer une réelle addiction.

4) Mieux dormir. En effet, le sommeil permet de nettoyer le cerveau des déchets qu’il produit en fonctionnant.

5) Mieux interagir. Le rire est important et le sarcasme aussi, il pourrait même booster la créativité (en anglais).

Histoires insolites

La découverte de nombreux cas médicaux extrêmement rares aura également été très importante cette année.

Il y a notamment eu le cas de ces personnes souffrant d’épilepsie, dont celui de cet américain qui arrêtait de respirer sans s’en apercevoir  lors de certaines de ses épisodes épileptiques ou celui de cet allemand qui faisait une crise épileptique chaque fois qu’il résolvait une grille de sudoku.

D’autres cas fascinants sont ceux de ces individus vivant avec une partie du cerveau en moins ou en compagnie d’un parasite. C’est par exemple le cas de cette jeune américaine qui a découvert qu’elle vivait avec un trou dans son cerveau de la taille d’un citron. Ou l’histoire de ce jeune américain qui vivait avec un ver solitaire dans la tête.

Des cas cliniques se sont manifestés à la suite d’un incident ou d’une maladie. Comme ce fut le cas pour cet homme devenu amnésique à la suite d’une simple visite chez son dentiste. Ou celui de ce coréen, qui, à la suite d’une maladie neurodégénérative est devenu saxophoniste sans jamais avoir joué de cet instrument.

Ces cas sont fascinants, car ils révèlent certains mécanismes du fonctionnement du cerveau qui resteraient cachés s’ils ne déraillaient pas chez certains individus. Par exemple, le cas de cet homme qui était convaincu que son reflet dans le miroir était en réalité son sosie vivant avec lui. Ou l’histoire de ce jeune britannique vivant depuis 7 ans avec une sensation de déjà-vu permanente.

Et pour terminer cette partie passionnante, voici l’histoire totalement folle de ce chercheur qui s’étant vu interdire ses expérimentations par l’administration, s’est fait implanter des électrodes dans son propos cerveau pour continuer ses expériences.

2015, une année triste, vibrante et pleine de défis à la fois

Avant de conclure, une pensée et un mot d’hommage à toutes les personnes touchées par les attentats qui ont eu lieu cette année. Le travail des chercheurs, des journalistes et des vulgarisateurs est essentiel, car faire avancer la connaissance, c’est combattre le fanatisme et l’obscurantisme. Chaque personne, à son échelle, peut combattre les ténèbres.

Il est selon moi, primordial de vulgariser les découvertes faites au quotidien dans les laboratoires. Ceci dans le but d’informer, mais aussi de développer le jugement critique concernant ces nouvelles avancées et le monde en général. Tel est le but de Cerveau en Argot.

Cette année aura été année enrichissant tant scientifiquement qu’humainement. Merci à Hypotheses pour leur soutien et leur confiance, merci au Café des sciences d’avoir accepté Cerveau en Argot dans la grande communauté des blogs de sciences et un grand merci à tous les lecteurs.


Source image :

Kaboompics – New Year 2015 (2014). https://www.pexels.com/photo/new-year-2015-6301/


Pour citer ce billet : « La sélection cérébrale de l’année (2015) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 19/01/2016. Consulté le 21/08/2017. Lien : http://cervenargo.hypotheses.org/887.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *