Hérisson dans un jardin

La sélection cérébrale de la semaine (numéro 82)

Voici ma sélection des articles publiés la semaine du 15 au 22 février 2016 dans le domaine des neurosciences.

Avoir un gros cerveau ne serait vraiment pas un avantage dans la lutte pour la survie d’une espèce. En effet, selon une étude récente, il y aurait une corrélation entre la taille du cerveau (par rapport au reste du corps) d’une espèce et sa probabilité d’extinction. Attention tout de même aux interprétations un peu trop hâtives. Ce que ces travaux étudient n’est pas une relation de cause à effet entre la taille du cerveau et la probabilité d’extinction d’une espèce, mais bien une corrélation, c’est-à-dire une relation entre ces deux facteurs.

Toutes les années, l’Association pour l’Avancement de l’Intelligence Artificielle organise un concours de vidéos de vulgarisation dans le but est de promouvoir les recherche dans le domaine de l’intelligence artificielle. Six catégories sont récompensées. Voici les vidéos lauréates de cette année.

Retirer une tumeur du cerveau d’un patient nécessite que celui-ci soit éveillé à un moment de l’opération. Une fois les actes chirurgicaux permettant d’accéder à l’encéphale réalisés, le patient doit être réveillé. Cette étape est essentielle aux chirurgiens pour que ceux-ci ôtent seulement de la tête du malade les parties atteintes. Pour déterminer quelles sont les parties saines et atteintes, les médecins stimulent électriquement de petites parcelles du cerveau. Pendant ses stimulations, le patient est soumis à plusieurs tâches de réflexion tels que des tests de mémoire ou de dénomination d’objet par exemple. Si la stimulation perturbe la résolution de ces tâches, le tissus cérébral est intact et il ne faudra absolument pas le toucher sous peine de graves conséquences. A l’inverse, si aucune résolution de tâche est altérée, alors la partie stimulée est cancéreuse et il faudra l’enlever. Le problème de ces procédures éveillées est que le type de tâche que le patient peut réaliser est assez limité de part sa situation sur la table d’opération augmentant ainsi les risques de retirer une partie saine du cerveau. Mais l’utilisation d’un casque de réalité virtuelle permet désormais d’étendre les possibilités et de tester de plus nombreuses fonctions cérébrales.

Et pour finir, voici l’histoire fascinante de cette femme souffrant de simultagnosie. Ce trouble intriguant empêche les personnes qui en sont atteintes de percevoir deux éléments en même temps.


Source image :

Shashank Kumawat – Hedgehog Spines Garden (2015). https://www.pexels.com/photo/hedgehog-spines-garden-12526/


Pour citer ce billet : « La sélection cérébrale de la semaine (numéro 82) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 26/02/2016. Consulté le 26/09/2016. Lien : http://cervenargo.hypotheses.org/938.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *