Morceaux de chocolat dans du papier aluminium

La sélection cérébrale de la semaine (numéro 87)

Voici ma sélection des articles publiés la semaine du 21 au 28 mars 2016 dans le domaine des neurosciences.

Selon une étude récente menée pendant près de 30 ans, la consommation régulière de chocolat serait associée à de meilleures fonctions cérébrales. Il n’y a donc aucun remords à avoir à céder à sa gourmandise.

La stimulation artificielle d’une partie très précise du cerveau permettrait de modifier le regard que certains autistes portent sur le monde et sur les personnes qui les entourent. Cette découverte pourrait ouvrir de nouvelles pistes thérapeutiques.

Découverte toujours, avec cet article expliquant comment des travaux récents ont permis de mieux comprendre le fonctionnement de cette petite structure qui se trouve à l’arrière du cerveau, notamment importante dans la coordination des mouvements et qui porte le nom de cervelet.

Une nouvelle étude scientifique, au contenu légèrement sensible, montre que le fonctionnement du cerveau des personnes croyant en Dieu, ne serait pas le même que les autres. Les croyants censureraient particulièrement leur raisonnement analytique. Ce travail est à examiner avec minutie et à interpréter avec un bon jugement critique, sans oublier qu’une corrélation ne met pas en lumière un lien de cause à effet.

La mémoire est un équilibre complexe entre l’acquisition de nouvelles informations et l’oubli de données peu pertinentes. Des chercheurs ont découvert l’existence d’un mécanisme permettant d’oublier lors de la construction d’un nouveau souvenir. Ce mécanisme pourrait permettre de construire de nouveau souvenir dans un espace de stockage limité.

Se reconnaitre dans un miroir n’est pas un acte anodin. Cela signifie que le cerveau est capable de se représenter l’image de son corps et de s’approprier l’image de celui-ci. Seul le cerveau d’une poignée d’espèce est capable de réaliser ce raisonnement complexe. Outre certains mammifères tels que les grands singes, l’éléphant ou l’orque, d’autres animaux en seraient capables. C’est par exemple le cas de la raie menta qui adopte un curieux comportement lorsqu’elle est confrontée à son reflet.

Pour finir, voici un article très intéressant qui traite du tabou sociétal que représente les maladies mentales considérées bien souvent à tort comme des troubles psychologiques sans réel ancrage corporel contrairement aux autres maladies.


Source image :

Karolina Grabowska – Chocolate pieces on aluminum foil (2015). https://www.pexels.com/photo/chocolate-pieces-on-aluminum-foil-6345/


Pour citer ce billet : « La sélection cérébrale de la semaine (numéro 87) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 31/03/2016. Consulté le 19/11/2017. Lien : http://cervenargo.hypotheses.org/962.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *