Lune dans la nuit

La sélection cérébrale de la semaine (numéro 132)

Voici ma sélection des articles publiés la semaine du 30 janvier au 6 février 2017 dans le domaine des neurosciences.

Selon une découverte récente, lors d’une nuit de sommeil, le cerveau  détruirait une grande partie des nouvelles connexions établies pendant la journée. Ce mécanisme de sélection permettrait de conserver seulement les connexions les plus pertinentes.

Etudier comment il est possible d’avoir des interprétations erronées face à des illusions visuelles permet de mieux comprendre le fonctionnement du cerveau. C’est ainsi qu’en essayant de percer les mystères d’une de ces illusions, des chercheurs ont émis l’hypothèse selon laquelle pour être capable d’interagir au parfait moment malgré le fait que les informations reçues mettent un certain temps à être traitées, le cerveau simulerait une prédiction de ce qu’il va se produire – dans un futur proche –  pour ensuite le comparer à la réalité de ce qu’il perçoit.

Si les bruits qui vous entourent vous mettent hors de vous, c’est peut être que vous souffrez de misophonie. Ce trouble peut transformer un bruit anodin en véritable torture pour une personne en souffrant. Une étude scientifique vient de mettre en évidence que les personnes ayant cette pathologie aurait une région du cerveau – le cortex insulaire antérieur – bien plus activée à l’écoute de son anodin. Cette zone – identifiée pour jouer un rôle dans l’attention que l’on peut porter aux éléments qui nous entoure – serait chez les misophones davantage connectée à des régions régulant la mémorisation et les émotions. L’activité plus importante du cortex insulaire antérieur ainsi que ses connexions surdéveloppées seraient responsable de l’association d’un son anodin avec une réponse émotionnelle disproportionnée.

La découverte récente de l’existence de sous-types de cellules cérébrales pour les interneurones inhibiteurs par une équipe de recherche devrait permettre de mieux comprendre les mécanismes cellulaires à la base des pathologies neuro-dévellopementales telles que l’autisme ou la schizophrénie.

Et pour finir, voici le récit intriguant et fascinant d’un homme atteint de prosopométamorphopsie. Ce trouble produit pour les personnes qui en sont atteint une perception aberrante de certains éléments du visage, tels que des fragments déformés, déplacés ou encore décuplés.


Source image :

Robert Karkowski – Moon the fullness of sky mystery (2017). https://pixabay.com/en/moon-the-fullness-of-sky-mystery-1859616/


Pour citer ce billet : « La sélection cérébrale de la semaine (numéro 132) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 07/02/2017. Consulté le 26/02/2017. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/1332.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *