Roses multicolores

La sélection cérébrale de la semaine (numéro 145)

Voici ma sélection des articles publiés la semaine du 1 au 8 mai 2017 dans le domaine des neurosciences.

La couleur d’un objet est en toute objectivité déterminée par une grandeur physique, sa longueur d’onde. Mais la perception de cette grandeur physique par le cerveau est, elle subjective. Chaque cerveau étant différent, nous ne percevons donc pas les couleurs de la même façon.

L’effet placebo pourrait être un très bon traitement contre le chagrin d’amour selon une étude récente.

Face à l’incertitude, la prise de décision est complexe et souvent source d’erreur. Voici une conférence très intéressante sur les décisions en situation d’incertitude.

L’étude comportementale est un domaine scientifique fascinant. Selon une étude américaine, les chiens dominés suivent aveuglément les autres chiens même si le comportement est illogique, alors que l’animal dominant réfléchit par lui-même.

La découverte d’un amincissement du cortex cérébral visible grâce à un examen IRM chez les individus souffrant de troubles bipolaires pourrait à l’avenir grandement faciliter le diagnostic de cette pathologie.

L’étude d’un petit organisme invertébré du nom de Amphioxus pourrait remettre en question les hypothèses sur la façon dont le cerveau des vertébrés a évolué au cours de l’histoire.

Au cours de la grossesse, les femmes enceintes perdent de la matière grise. Loin d’être catastrophique, cette modification préparerait la future mère à son rôle de maman. Etudier le cerveau des futures mères pourrait peut-être permettre de déceler les risques d’une dépression post-partum.

Face à une exclusion sociale, le cerveau ne réagit pas de la même façon que l’on ait un réseau social dense ou plus clairsemé.

Je n’ai de cesse de parler de ce chercheur italien qui a l’idée folle d’arriver un jour à greffer un corps entier sur une tête isolée (numéro 33). J’ai déjà mentionné le fait que le scientifique à l’origine de ce projet avait présenté sa procédure (théorique) mêlant produit chimique et courant électrique pour arriver à concrétiser son idée (numéro 46). Après avoir réussi à transplanter un corps de singe sur la tête d’un autre singe (numéro 78) il y a quelques temps, un pas de plus vient d’être accompli. En effet, le « chercheur » a réussi à brancher une partie de corps d’un premier rat sur un autre rat entier afin que les deux cerveaux continuent à recevoir un approvisionnement sanguin suffisant à leurs fonctionnements. Sans grande préoccupation éthique, l’équipe continue ses travaux avec toujours pour projet de réaliser une transplantation complète chez l’homme pour la fin 2017.

Et pour finir, voici un article passionnant rapportant l’histoire de cette femme touchée par deux accidents vasculaires cérébraux, présentant de très importantes lésions cérébrales et n’ayant quasiment aucune séquelle fonctionnelle. Une bonne occasion de présenter les théories de réserve cognitive et de résilience pour essayer de comprendre et d’expliquer ce cas incroyable.


Source image :

Denise Chan – Yellow blue pink rose flowers (2015). https://unsplash.com/photos/pXmbsF70ulM


Pour citer ce billet : « La sélection cérébrale de la semaine (numéro 145) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 12/05/2017. Consulté le 18/12/2017. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/1398.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *