Museau de chien

La sélection cérébrale de la semaine (numéro 146)

Voici ma sélection des articles publiés la semaine du 8 au 15 mai 2017 dans le domaine des neurosciences.

L’infériorité de l’odorat humain serait en grande partie un mythe entretenu depuis le 19ème siècle. Les humais auraient de très bonnes performances notamment en ce qui concerne le vin.

Un parasite présent dans l’œil de certains poissons pourrait modifier le comportement de leurs hôtes, les poussant à se faire manger par leurs prédateurs afin que le parasite puissent continuer son cycle de vie (en anglais).

A partir d’un crâne, il est possible de tirer des informations sur le cerveau qui était à l’intérieur. C’est exactement ce qu’a fait une équipe de recherche sur le cerveau de René Descartes, observant que le philosophe avait une asymétrie d’une région cérébrale impliquée dans l’organisation dans l’espace et dans le langage.

La substance active du cannabis, le tétrahydrocannabinol (THC) pourrait inverser certains effets délétères du vieillissement sur le cerveau, tout du moins chez la souris. Ces effets doivent encore être prouvés sur l’homme.

L’hypnose peut être assimilé à un état de conscience différent comme peuvent l’être l’éveil ou le sommeil. Voici un article intéressant qui essaie d’éclaircir ce qui se passe dans un cerveau mis en état d’hypnose.

Le pouvoir pourrait transformer un employé modèle en vrai tyran.

A la suite d’un accident vasculaire cérébral ischémique, le cerveau serait capable de générer des cellules souches pouvant par la suite se transformer en neurone contribuant ainsi potentiellement à la diminution des effets délétères dus à l’AVC. Connues chez l’animal, ces cellules ont pour la première fois étaient identifiées chez l’homme.

Dans certaines situations, l’utilisation du froid (hypothermie) permet de limiter les mécanismes d’autodestruction des cellules nerveuses.

Epilepsie, avec cet article qui parle d’un type d’épilepsie très spécifique dont les crises peuvent être déclenchées à la suite de la vue de certaines images. Très intéressant, cet article permet également de démystifier certaines croyances sur ces épilepsies photosensibles.

Le cerveau a besoin d’un apport en oxygène et en glucose très important qu’il puise dans la circulation sanguine. Mais toutes les molécules ne peuvent pas passer librement du sang au cerveau. La barrière hémato-encéphalique joue ce rôle de filtre biologique.

Et pour finir, voici l’histoire de ce petit garçon décrivant des événements douloureux comme s’il été attaqué par des araignées, des abeilles et des coccinelles et qui en réalité souffrait d’une épilepsie extrêmement rare trouvant sa source dans le cortex cingulaire capable de provoquer des douleurs.


Source image :

Alexander Stein – Black and white animal dog fur (2012). https://pixabay.com/en/dog-nose-snout-m%C3%BCnsterl%C3%A4nder-black-188273/


Pour citer ce billet : « La sélection cérébrale de la semaine (numéro 146) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 16/05/2017. Consulté le 13/12/2017. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/1407.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *