Œil en gros plan

La sélection cérébrale de la semaine (numéro 149)

Voici ma sélection des articles publiés la semaine du 29 mai au 5 juin 2017 dans le domaine des neurosciences.

Cligner des yeux permet de recouvrir l’œil de liquide lacrymal empêchant son assèchement, mais cela servirait également à désactiver périodiquement des zones cérébrales impliquées dans l’attention.

Salé, acide, sucré, amer et umami. Les papilles gustatives sont capables d’identifier cinq catégories de goûts différents. Enfin, c’est ce que les chercheurs croyaient avant de découvrir que certaines cellules de la langue ont également la capacité de distinguer l’eau des autres types de fluides tout en participant à l’action de boire.

Question fascinante que celle qui s’intéresse à la représentation que peut avoir un bébé du monde qui l’entoure. En quelques mots, un monde complexe, sans filtre, mais extrêmement enrichissant et formateur.

Le manque de sommeil répété pourrait pousser le cerveau à se dévorer lui-même. Une étude réalisée sur des souris a montré qu’une privation de sommeil répétée entraînerait un sur-activation des cellules gliales qui à court terme serait bénéfique, mais qui à long terme pourrait grignoter les synapses neurales augmentant ainsi le risque de démence.

L’investissement mis par certaines sociétés au décodage de l’activité cérébrale pourrait faire passer le neuro-hacking de la fiction à la réalité.

Selon une étude récente, le cerveau serait capable de détecter les personnes malades afin de les tenir à distance pour de se préserver.

A occasion de la journée mondiale de la sclérose en plaques, voici un article intéressant revenant sur les travaux récents et prometteurs pouvant améliorer le traitement de cette pathologie dont il n’est pas encore possible de guérir.

Estimer la perte de matière grise et blanche du cerveau pourrait être un bon indicateur de l’état de vieillissement du corps et de risque de décès prématuré.

Sortir du coma et parler une langue différente que celle que l’on a apprise, c’est très impressionnant et cela s’appelle le syndrome de l’accent étranger.

Cellule de voisinage, tel est le nom donné par des chercheurs néerlandais à un nouveau type de cellule découverte dans le cortex périrhinal qui jouerait un rôle dans le « GPS biologique », cette faculté permettant de s’orienter dans l’environnement.

A tout âge, le cerveau est toujours capable d’apprendre.

Avoir un accident vasculaire cérébral peut correspondre à plusieurs causes, plusieurs cas de figures et plusieurs conséquences possibles. Une chose est à peu près sûr, plus la prise en charge est rapide plus le pronostic est encourageant.

Et pour finir, voici un article très intéressant qui raconte comment un chien a pu se retrouver intégré au sein de pas moins de sept comités de rédaction de revues scientifiques. Une histoire attristante de plus qui met en lumière le dysfonctionnement d’une partie du monde de la publication scientifique.


Source image :

Peter Heeling – Isabelle (2016). https://skitterphoto.com/photos/398/isabelle


Pour citer ce billet : « La sélection cérébrale de la semaine (numéro 149) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 09/06/2017. Consulté le 18/12/2017. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/1471.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *