Clavier et souris sur un bureau

La sélection cérébrale de la semaine (numéro 157)

Voici ma sélection des articles publiés la semaine du 24 au 31 juillet 2017 dans le domaine des neurosciences.

Après avoir opté pour une utilisation du clavier bien plus importante au détriment de l’écriture manuscrite, une décision assez décriée (numéro 20), certains Etats américains font machine arrière aux vues de résultats scientifiques récents avançant certains désavantages de l’écriture par clavier et un bénéfice non négligeable de l’écriture manuscrite sur les apprentissages.

Fumer ne réduit pas le stress, bien au contraire, tout du moins chez la souris.

Non loin de la science-fiction, des chercheurs travaillent au développement d’une puce électronique implantable au niveau cérébral qui permettrait de redonner aux personnes qui en sont dépourvues des sensations visuelles ou auditives.

Une étude menée chez des britanniques montre que les personnes conduisant plus de deux heures ou regardant la télévision plus de trois heures par jour ont moins de matière grise que ceux passant moins de temps au volant ou devant leurs programmes télévisuels. Bien qu’intéressante, cette étude met en lumière une corrélation sans toutefois identifier de mécanisme causal clair (en anglais).

Après la matière grise, la matière blanche. Une  équipe de recherche écossaise a mis en évidence une corrélation entre le sentiment dépressif et la structure même de la matière blanche.

La libellule serait capable d’abstraction et de prédiction afin d’accomplir son comportement de prédateur lors d’une chasse.

En fonction de leurs états attentionnels, les pilotes d’avions peuvent certaines fois devenir réellement sourds aux alarmes qui les entourent, les informations auditives provenant du cortex auditif pouvant être négligées.

Si en se frottant les yeux, des flashs lumineux apparaissent, cela serait surement soit dû à une mauvaise interprétation du cerveau ou à une altération de la circulation sanguine.

Avant de finir, voici un article répondant à sept questions (pas si) bêtes que l’on peut se poser sur le corps et notamment le cerveau.

Et pour finir, en cette période de conflit pouvant être assez violente entre pro-vaccinations et anti-vaccination, voici un article qui revient sur une étude scientifique qui avait établi un lien entre un vaccin et des cas d’autismes, mais qui était en réalité un cas lamentable de fraude scientifique. La science est un processus lent et fastidieux. Lorsque des travaux de recherche débouchent sur une avancée ou une découverte, cela n’est qu’une indication. Il faut que ces travaux puissent être reproduits par d’autres chercheurs, dans d’autres laboratoires pour que l’indication devienne un élément solide. Il ne serait y avoir d’arguments d’autorité ou d’éléments sans fondement scientifique robuste. Sur un sujet pouvant être aussi polémique que la vaccination, il est bon de garder ces informations en tête tout en se construisant son propre avis par le biais de la méthode scientifique se basant sur de réels travaux scientifiques évalués par des pairs. Mais à n’en pas douter, la vaccination a été une grande avancée dans l’histoire de l’humanité.


Source image :

Lum3n – Desk flatlay items keyboard 399160 (2017). https://www.pexels.com/photo/desk-flatlay-items-keyboard-399160/


Pour citer ce billet : « La sélection cérébrale de la semaine (numéro 157) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 01/08/2017. Consulté le 22/08/2017. Lien : http://cervenargo.hypotheses.org/1527.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *