Partition de musique

L’effet Mozart (chronique 10)

Une déconstruction du mythe voulant que l’écoute de musique classique puisse accroître les capacités intellectuelles.

Ou comment une étude déformée et sortie de son contexte peut avoir un certain nombre de conséquence.

Chronique pilote diffusée le 12 janvier 2017. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

Pasquinelli E. (2015). Mon cerveau, ce héros : mythes et réalité. Le Pommier, Paris.


Sources :

Chabris C.F. (1999). Prelude or requiem for the « Mozart effect » ? Nature, 400 (6747) : 826-827.

Fudin R. et Lembessis E. (2004). The Mozart effect : questions about the seminal findings of Rauscher, Shaw, and colleagues. Perceptual and motor skills, 98 (2) : 389-405.

McCutcheon L.E. (2000). Another failure to generalize the Mozart effect. Psychological reports, 87 (1) : 325-330.

Newman J. et al. (2004). An experimental test of « the Mozart effect » : does listening to his music improve spatial ability ? Perceptual and motor skills, 81 (3) : 1379-1387.

Pietschnig et al. (2010). Mozart effect-Shmozart effect : a meta-analysis. Intelligence, 38 (3) : 314-323.

Rauscher F.H. et al. (1993). Music and spatial task performance. Nature, 365 (6447) : 611.

Rauscher F.H. et Shaw G.L. (1998). Key components of the Mozart effect. Perceptual and motor skills, 86 (3) : 835-841.

Steele K.M. et al. (1999). Failure to confirm the Rauscher and Shaw description of recovery of the Mozart effect. Perceptual and motor skills, 88 (3) : 843-848.


Source image :

Richard Revel – Concert musique partition clé (2016). https://www.pexels.com/photo/concert-musique-partition-cle-104084/


Pour citer ce billet : « L’effet Mozart (chronique 10) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 02/10/2017. Consulté le 16/10/2017. Lien : http://cervenargo.hypotheses.org/1638.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *