Iceberg islandais

Le glaçant cas islandais (chronique 19)

En Islande, au milieu des années 1970, deux jeunes hommes ont disparu, cinq hommes et une femme ont avoué ces crimes alors même qu’ils étaient innocents, souffrant du syndrome de perte de confiance envers sa propre mémoire.

Le souvenir n’est pas une donnée stable et inaltérable.

Chronique diffusée le 16 mars 2017. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Comment être convaincu qu’on a commis un crime », par Marc Gozlan. Publié sur Réalités biomédicales, le 24/02/2017. Consulté le 02/11/2017. Lien : http://realitesbiomedicales.blog.lemonde.fr/2017/02/24/comment-etre-convaincu-quon-a-commis-un-crime/.


Sources :

Gudjonsson G.H. et al. (2014). The role of memory distrust in cases of internalised false confession. Applied cognitive psychology, 28 : 336-348.

Gudjonsson G.H. et al. (2016). A national epidemiological study investigating risk factors for police interrogation and false confession among juveniles and young persons. Social psychiatry and psychiatric epidemiology, 51 (3) : 359-367.

Gudjonsson G.H. (2017). Memory distrust syndrome, confabulation and false confession. Cortex, 87 : 156-165.

Le Bihan P. et Bénézech M. (2013). Psychologie des faux aveux : données classiques et contemporaines. Annales médico-psychologiques, revue psychiatrique, 171 (7) : 468-475.

Shaw J. et Porter S. (2015). Neurobiological correlates of cognitions in fear and anxiety : a cognitive-neurobiological information-processing model. Psychological science, 26 (3) : 291-301.


Source image :

12019 – Iceland ice iceberg sea ocean (2017). https://pixabay.com/en/iceland-ice-iceberg-sea-ocean-2287537/


Pour citer ce billet : « Le glaçant cas islandais (chronique 19) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 02/11/2017. Consulté le 20/11/2017. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/1653.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *