Jeune femme malade avec une tasse dans les mains

Le cerveau protecteur (chronique 29)

Repérer les personnes malades et s’en éloigner pour favoriser la survie, telle serait une des actions non consciente du cerveau.

Il serait possible d’identifier une personne malade seulement à partir de son odeur ou d’une photographie et d’adapter son comportement en conséquence.

Chronique diffusée le 8 juin 2017. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Pas besoin de symptômes pour que notre cerveau détecte ceux qui sont malades », par Galaad Wilgos. Publié sur Slate, le 31/05/2017. Consulté le 14/12/2017. Lien : http://www.slate.fr/story/146370/gens-compagnie-personnes-malades


Sources :

Regenbogen C. et al. (2017). Behavioral and neural correlates to multisensory detection of sick humans. Proceedings of the national academy of sciences, 114 (24) : 6400-6405.

Schaller M. et al. (2010). Mere visual perception of other people’s disease symptoms facilitates a more aggressive immune response. Psychological science, 21 (5) : 649-652.

Shattuck E. et Muehlenbein M.P. (2015). Human sickness behavior : ultimate and proximate explanations. American journal of physical anthropology, 157 (1) : 1-18.

Sundelin T. et al. (2015). Sick man walking : perception of health status from body motion. Brain, behavior, and immunity, 48 : 53-56.


Source image :

Martine – Patient girl woman coffee portrait (2014). https://pixabay.com/en/patient-girl-woman-coffee-portrait-841165/


Pour citer ce billet : « Le cerveau protecteur (chronique 29) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 14/12/2017. Consulté le 24/05/2018. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/1673.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *