Femme assise seule sur un mur

La sélection cérébrale de la semaine (numéro 164)

Voici ma sélection des articles publiés la semaine du 11 au 18 septembre 2017 dans le domaine des neurosciences.

La première cause de mortalité chez les femmes est l’accident vasculaire cérébral. Pourtant, celles-ci demeurent peu informées de ce risque et sous-représentées dans les essais cliniques.

La mémoire est loin d’être absolument fiable, notamment lorsqu’il est question de témoigner dans une affaire judiciaire. Malgré cet écueil scientifiquement attesté, peu d’experts juridiques en semblent au fait.

Grâce aux progrès de la microscopie électronique, des chercheurs ont pu observer à l’échelle atomique la protéine bêta-amyloïde impliquée dans la maladie d’Alzheimer.

Un médicament contre l’asthme pourrait s’avérer efficace pour luter contre la maladie de Parkinson.

S’il est seulement possible de cryogéniser un individu dans les films de science-fiction, cela est notamment dû au fait qu’il est impossible de préserver le cerveau de toutes lésions, celles-ci pouvant avoir d’importantes conséquences.

Une équipe de recherche bordelaise travaille à l’élaboration d’un traitement contre la dépression qui ne serait pas chimique (médicamenteux). Ce traitement utilisant des stimulations par électrodes aurait un effet rapide et prometteur, mais pour l’instant uniquement sur le rat.

Avant de finir, la cérémonie de remise des Ig Nobel (littéralement traduisible par « ig noble » en français) avait lieu cette semaine. Cet événement récompense chaque année les études scientifiques insolites, mais très imaginatives. Le lauréat dans la catégorie neurosciences a cette année été récompensé pour son étude sur l’identification des zones cérébrales participant à l’aversion aux odeurs de fromage, dont j’avais parlé dans ma sélection (numéro 116). A côté de cette distinction, bien d’autres prix ont été attribué.

Et pour finir, voici un article très intéressant – pour comprendre un peu mieux le fonctionnement du monde de la recherche – qui illustre comment les journaux scientifiques et leur système de publications influencent la recherche. Cette influence pouvant être résumée en une phrase connue de tous les chercheurs, publish or perish » littéralement « publier ou périr ».


Source image :

Picjumbo – Woman on rock plateform viewing city (2016). https://www.pexels.com/photo/woman-on-rock-platform-viewing-city-196667/


Pour citer ce billet : « La sélection cérébrale de la semaine (numéro 164) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 20/09/2017. Consulté le 16/12/2017. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/1768.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *