Panneau indiquant plusieurs directions dans le soleil couchant

Le cerveau face au choix (chronique 51)

Au moment de faire un choix, l’option sélectionnée ne trouverait pas ses raisons dans le fait qu’elle a recueilli une préférence, au contraire, le choix réalisé pourrait trouver sa valeur dans le fait même que celui-ci a été choisi.

La prise de décision est un processus cognitif complexe. Ce processus a pour but de sélectionner un type d’action parmi différentes alternatives. Le choix de l’alternative dépendant d’un grand nombre de paramètres. Ainsi devant une alternative, peu importe les raisons, nous allons nous tourner vers l’une des options. Il semble assez logique de penser que le choix pour lequel nous aurons opté sera celui qui aura recueilli notre préférence. Mais est-ce bien le cas ? Notre choix s’est-il réellement fait en fonction de nos préférences ? Ou au contraire, est-ce parce que nous avons fait un choix que celui-ci deviendra a posteriori notre préférence, comme une sorte de justification ? Choisi-t-on par préférence ? Ou notre choix obtient-il notre préférence grâce au fait que nous l’ayons choisi ?

Chronique diffusée le 24 février 2018. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

Pasquinelli E. (2015). Mon cerveau, ce héros : mythes et réalité. Le Pommier, Paris.


Sources :

Ariely D. et Norton M.I. (2008). How actions create – not just reveal – preferences. Trends in cognitive sciences, 12 (1) : 13-16.

Haggard P. et Clark S. (2003). Intentional action : conscious experience and neural prediction. Consciousness and cognition, 12 (4) : 695-707.

Johansson P. et al. (2005). Failure to detect mismatches between intention and outcome in a simple decision task. Science, 310 (5745) : 116-119.

Ridderinkhof K.R. et al. (2004). Neurocognitive mechanisms of cognitive control : the role of prefrontal cortex in action selection, response inhibition, performance monitoring, and reward-based learning. Brain and cognition, 56 (2) : 129-140.


Source image :

Javier Allegue Barros – Life is a succession of choices, what is yours ? (2018). https://unsplash.com/photos/C7B-ExXpOIE


Pour citer ce billet : « Le cerveau face au choix (chronique 51) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 02/03/2018. Consulté le 19/09/2019. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/2148.

2 réflexions sur « Le cerveau face au choix (chronique 51) »

  1. Bonjour,

    Je viens de découvrir ce site et j’écoute vos différents podcast qui sont ma foi, très intéressant. Un vrai plaisir a écouter.

    Cependant j’ai une question concernant celle-ci.

    Dans l’expérience de l’étude voila ce qui se passe.
    – On montre 2 photo a une personne.
    – Il choisit sa préférée
    – On les caches
    – On lui montre la photo qu’il n’a pas choisi
    – Enfin il doit justifier son choix.

    J’ai l’impression que la conclusion est biaisé, je m’explique.

    Admettons un participant qu’on appellera MC.
    La photo que MC a choisi P1 et la photo que MC n’a pas choisi et qu’on lui a demandé de justifié P2.
    Je part du principe que P1 et P2 se ressemblent parce que sinon trop de participants auraient remarqué la supercherie rendant l’expérience caduque.

    Lorsque MC justifie P2 il évoque des traits qui lui plaisent et qu’il trouve attirant.

    Et la vous nous dites que par conséquent nos préférences ne sont pas aussi encrée qu’on pourrais le croire.

    En partant de la, MC a juste trouvé que P1> P2 mais sans plus d’information.

    Cependant rien ne dis qu’il ne trouvais pas P2 attirant malgré qu’il ai choisis P1.
    C’est possible que pour MC et en réduisant l’attractivité des photos a un nombre P1 soit équivaut a 6,6 et P2 équivalent a un 6,3.
    De la on peut dire que pour MC il trouve P1 ET P2 attirants mais qu’il existe un biais positif pour P1. C’est pour ça que MC a su justifier sans trop de difficulté les traits attirants de P2.
    ça ne rends pas les résultats et la conclusion de l’expérience caduc ?

    Après je suis plutôt d’accord avec votre conclusion globale. D’après mon expérience (qui je suis d’accord ne vaut pas grand chose) La plupart des choix et décisions binaire que nous faisons dans la hâte (ou du moins qui ne sont pas réfléchi) se justifient a postériori au moins pour nous donner bonne conscience.

    ps: Pourriez vous m’envoyez votre réponse par mail (ou du moins m’envoyez quelque chose, un rappel, un signe, whatever, histoire que je sois au courant)

    1. Merci de ce très sympathique retour et de votre réponse si détaillée.

      Votre interprétation est intéressante, sauf qu’elle part du postulat qui est “que P1 et P2 se ressemblent parce que sinon trop de participants auraient remarqué la supercherie rendant l’expérience caduque”. Or, ce que vous supposé n’est pas le cas. Je vous encourage vraiment à jeter un oeil à la publication scientifique qui correspond à l’expérience dont je parle. Si vous le faites, vous constaterez que les photographies des deux femmes sont assez dissemblables. Coiffure, forme du visage, taille des lèvres…, nombre d’éléments sont différents. Donc les scientifiques semblent bien avoir mis en évidence que le choix réalisé pourrait trouver sa valeur dans le fait même que celui-ci a été choisi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.