Chiot trottinant

L’agressivité mignonne (chronique 84)

L’agressivité mignonne peut se définir comme l’envie que peuvent avoir certaines personnes de serrer, de mordre ou de pincer des choses jugées comme très mignonnes sans avoir l’intention de causer du mal, ce comportement assez paradoxal pourrait en réalité être une sorte de mécanisme de protection.

Un membre de votre famille vous a peut-être déjà pincé les joues pour vous saluer ! Ou alors c’est vous qui n’avez pas pu vous empêcher de doucement mordiller les doigts de ce bébé qui approchait sa main de votre bouche ! Que peut-il bien se passer dans le cerveau lorsque l’on voit un bébé, un chiot ou un chaton mignon qui pourrait pousser à l’expression d’un comportement agressif ?

Chronique diffusée le 5 janvier 2019. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Agressivité envers les choses mignonnes : la faute aux neurones ! », par Marine Corniou. Publié sur Québec science, le 12/12/2018. Consulté le 14/01/2019. Lien : https://www.quebecscience.qc.ca/societe/agressivite-mignon/.


Sources :

Aragón O.R. (2017). “Tears of joy” and “tears and joy ?” Personal accounts of dimorphous and mixed expressions of emotion. Motivation and emotion, 41 (3) : 370-392.

Aragón O.R. (2018). “So happy I could shout !” and “so happy I could cry !” Dimorphous expressions represent and communicate motivational aspects of positive emotions. Cognition and emotion, 32 (2) : 286-302.

Aragón O.R. et al. (2015). Dimorphous expressions of positive emotion : displays of both care and aggression in response to cute stimuli. Psychological science, 26 (3) : 259-273.

Sherman G.D. et al. (2009). Viewing cute images increases behavioral carefulness. Emotion, 9 (2) : 282-286.

Sherman G.D. et al. (2013). Individual differences in the physical embodiment of care : prosocially oriented women respond to cuteness by becoming more physically careful. Emotion, 13 (1) : 151-158.

Stavropoulos K.K.M. et Alba L.A. (2018). “It’s so cute I could crush it !” : understanding neural mechanisms of cute aggressions. Frontiers in behavioral neuroscience, 12 (300) : 1-15.


Source image :

Caio Resende – Cute dog furry (2016). https://www.pexels.com/photo/dog-tough-small-puppy-69372/


Pour citer ce billet : « L’agressivité mignonne (chronique 84) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 14/01/2019. Consulté le 22/01/2019. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/2564.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.