Chiens regardant l'objectif

Le physionomisme canin (chronique 88)

L’histoire entre les chiens et les humains remontent à des temps immémoriaux, si bien que l’activité cérébrale du meilleur ami de l’Homme pourrait avoir certaines particularités au contact de l’espèce humaine et notamment à la vision des visages.

Les chiens semblent capables de traiter de manière différente un visage humain, d’un visage canin, notamment grâce à l’activité de régions cérébrales distinctes et assez spécifiquement impliquées dans chacun de ces types de visage.

Chronique diffusée le 2 février 2019. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Le cerveau de votre chien à appris à distinguer votre visage d’humain par rapport aux canidés », par Nelly Lesage. Publié sur Numerama, le 03/01/2019. Consulté le 11/02/2019. Lien : https://www.numerama.com/sciences/452364-le-cerveau-de-votre-chien-a-appris-a-distinguer-votre-visage-dhumain-par-rapport-aux-canides.html.


Sources :

Albuquerque N. et al. (2016). Dogs recognize dog and human emotions. Biology letters, 12 (1) : 1-5.

Barber A.L.A. et al. (2016). The processing of human emotional faces by pet and lab dogs : evidence for lateralization and experience effects. Plos one, 11 (4) : 1-22.

Berns G.S. et al. (2012). Functional MRI in awake unrestrained dogs. Plos one, 7 (5) : 1-7.

Bloom T. et Friedman H. (2013). Classifying dogs’ (Canis familiaris) facial expressions from photographs. Behavioural processes, 96 : 1-10.

Cuaya L.V. et al. (2016). Our faces in the dog’s brain : functional imaging reveals temporal cortex activation during perception of human faces. Plos one, 11 (3) : 1-13.

Hare B. et al. (2002). The domestication of social cognition in dogs. Science, 298 (5598) : 1634-1636.

Thompkins A.M. et al. (2018). Separate brain areas for processing human and dog faces as revealed by awake fMRI in dogs (Canis familiaris). Learning and behavior, 46 (4) : 561-573.


Source image :

Burst – Adult brown gordon setter and pug (2014). https://www.pexels.com/photo/adorable-animals-breed-canine-374825/


Pour citer ce billet : « Le physionomisme canin (chronique 88) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 11/02/2019. Consulté le 17/06/2019. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/2626.

3 réflexions sur « Le physionomisme canin (chronique 88) »

  1. Bonjour,
    ce sont des résultats assez interessants mais j’ai un doute sur la conclusion à tirer. Je ne suis pas encore allée lire les références citées mais tu as peut-être des infos qui peuvent dissiper mon doute. D’après les résultats mentionnés dans la chronique , la seule conclusion qu’on peut tirer c’est que les chiens sont capables de distinguer des visages de 2 espèces différentes. On ne sait pas si ce sont les visages de chiens ou bien les visages humains qui sont traités de façon particulière par le cerveau de l’animal. Est-ce qu’il y a eu des études comparant la réaction des chiens à la vue de visage canidé, humain, et d’autres espèces (chats, oiseaux, poissons par exemple) qui permettraient d’affirmer que la spécificité a bien lieu uniquement pour l’homme et que cela serait peut être du à des millénaires d’interaction homme-chien? L’autre option, la plus parcimonieuse je crois, serait que les chiens traitent de façon particulière les images de visage de leur congénère.
    Si tu as des infos, je suis curieuse de savoir ce qu’il en est 🙂

    1. Bonjour et merci de ce commentaire détaillé !

      Pour être plus exact, ce que cette étude semble montrer c’est qu’il existerait deux structures cérébrales voisines mais dont l’activité semble assez distinctes. Une des deux semble avoir une modification de son activité lorsque des “visages de chiens” sont montrés, mais pas spécifiquement à la vision de visage humain. Alors que pour l’autre structure cérébrale, c’est l’inverse, l’activité se modifie à la vision de visages humains, mais pas spécifiquement à la vision de “visages canins”. Il semblerait bien que ces deux régions cérébrales traitent assez spécifiquement ces deux types de visages. Mais effectivement, comme les chercheurs le souligne et comme je l’ai mentionné dans ma chronique, il est prématuré de conclure que ces deux régions cérébrales sont uniquement impliquées dans le traitement des visages et spécifiquement des visages canins pour l’une et des visages humains pour l’autre ; néanmoins, il semble bien que les visages humains et canins soient traitées différemment par les chiens.

      PS : les articles que je mets en référence et notamment celui-mentionnant l’étude dont j’ai parlé reviennent très largement sur cette question.

    2. Bonjour,
      Dans le cadre d’une recherche sur les usages des contenus d’OpenEdition, les chercheur.e.s du projet « Appropriation du savoir ouvert » souhaiteraient échanger avec vous.
      Ces chercheur.e.s souhaitent comprendre quelles sont vos usages de ces contenus (réguliers ou ponctuels voire occasionnels).
      Cet échange se déroule sous forme d’entretien d’une durée maximale d’une heure. Si vous êtes intéressé.es, vous pouvez les contacter via l’adresse email suivante : lab@openedition.org.

Répondre à Christophe Rodo Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.