Regard de femme aux yeux bleus

Le perturbant regard (chronique 37)

Au-delà d’un laps de temps qui semblerait assez précis, le contact avec le regard d’un inconnu devient gênant.

Par cette étude, les chercheurs ont déterminé le temps séparant la non-gêne, de la gêne lorsque les regards d’inconnus se croisent.

Chronique diffusée le 18 novembre 2017. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Combien de temps peut-on regarder un inconnu dans les yeux (sans gêne) ? », par Lise Loumé. Publié sur Sciences et avenir, le 06/07/2016. Consulté le 23/01/2018. Lien : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/cerveau-et-psy/combien-de-temps-peut-on-regarder-un-inconnu-dans-les-yeux-sans-gene_104440.


Sources :

Binetti N. et al. (2016). Pupil dilation as an index of preferred mutual gaze duration. Royal society open science, 3 (7) : 1-11.

Gibson J.J. et Pick A.D. (1963). Perception of another person’s looking behavior. The american journal of psychology, 76 (3) : 386-394.

Janik S.W. et al. (1978). Eyes as the center of focus in the visual examination of human faces. Perceptual and motor skills, 47 (3) : 857-858.

Mareschal I. et al. (2013). Humans have an expectation that gaze is directed toward them. Current biology, 23 (8) : 717-721.

Perrett D.I. et Emery N.J. (1994). Understanding the intentions of others from visual signals : neurophysiological evidence. Current psychology of cognition, 13 (5) : 683-694.


Source image :

Inactive account – Woman’s face (2014). https://pixabay.com/en/face-look-portrait-woman-girl-1919150/


Pour citer ce billet : « Le perturbant regard (chronique 37) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 23/01/2018. Consulté le 23/09/2019. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/2649.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.