Jeune femme le regard perdu à l'horizon dans le soleil couchant

Le cerveau songeur (chronique 45)

Plus le niveau de rêverie serait important et plus la créativité et les facultés intellectuelles le seraient également.

Au travail, à la maison, ou dans les transports, il nous arrive parfois de lâcher la réalité pour laisser vaguer notre imagination, pour se perdre dans nos pensées. Ces moments de rêveries passagers si agréables sont néanmoins assez mal perçus dans nos sociétés hyper-actives. Dans la salle de cours ou de réunion pas de place pour ces moments de songes, comme si être ailleurs était le signe révélateur de capacités cognitives inférieures. Mais rêveurs, rassurez-vous une étude américaine vient de mettre en évidence le fait que plus vous vous perdez régulièrement dans vos pensées, plus certaines de vos régions cérébrales seraient connectés et meilleurs seraient vos résultats à des tests de créativité et de capacités intellectuelles.

Chronique diffusée le 13 janvier 2018. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Vous rêvassez sans cesse ? Voici pourquoi vous ne devriez plus culpabiliser », par Lise Loumé. Publié sur Sciences et avenir, le 14/11/2017. Consulté le 31/01/2018. Lien : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/cerveau-et-psy/vous-revassez-sans-cesse-voici-pourquoi-vous-ne-devriez-plus-culpabiliser_118049.


Sources :

Baird B. et al. (2012). Inspired by distraction : mind wandering facilitates creative incubation. Psychological science, 23 (10) : 1117-1122.

Beaty R.E. et al. (2016). Creative cognition and brain network dynamics. Trends in cognitive sciences, 20 (2) : 87-95.

Christoff K. et al. (2009). Experience sampling during fMRI reveals default network and executive system contributions to mind wandering. Proceedings of the national academy of sciences, 106 (21) : 8719-8724.

Christoff K. et al. (2016). Mind-wandering as spontaneous thought : a dynamic framework. Nature reviews neuroscience, 17 (11) : 718-731.

Godwin C.A. et al. (2017). Functional connectivity within and between intrinsic brain networks correlates with trait mind wandering. Neuropsychologia, 103 : 140-153.


Source image :

Apic – Silhouette of woman on swing during golden hour (2016). https://pixabay.com/en/spiritual-nice-bali-jungle-temple-1920251/


Pour citer ce billet : « Le cerveau songeur (chronique 45) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 31/01/2018. Consulté le 18/11/2019. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/2685.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.