Abeille butinant une fleur jaune

Les arithméticiennes abeilles (chronique 92)

Conceptualiser des notions telles que l’addition ou la soustraction ne serait pas une faculté que les humains seraient les seuls à maitriser, d’autres espèces, telles que les abeilles en seraient également capables.

Afin d’essayer de mieux comprendre ce que certaines espèces d’insecte peuvent avoir comme niveau d’abstraction sur le monde qui nous entoure, des chercheurs se sont intéressés aux abeilles et à leur appréhension de l’arithmétique.

Chronique diffusée le 2 mars 2019. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Les abeilles savent faire des additions et des soustractions », par Céline Deluzarche. Publié sur Futura-sciences, le 12/02/2019. Consulté le 11/03/2019. Lien : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/insecte-abeilles-savent-faire-additions-soustractions-74982/.


Sources :

Beran M.J. (2004). Chimpanzees (Pan troglodytes) respond to nonvisible sets after one-by-one addition and removal of items. Journal of comparative psychology, 118 (1) : 25-36.

Boysen S.T. et Berntson G.G. (1989). Numerical competence in a chimpanzee (Pan troglodytes). Journal of comparative psychology, 103 (1) : 23-31.

Brannon E.M. et al. (2001). Numerical subtraction in the pigeon : evidence for a linear subjective number scale. Psychological science, 12 (3) : 238-243.

Call J. (2000). Estimating and operating on discrete quantities in orangutans (Pongo pygmaeus). Journal of comparative psychology, 114 (2) : 136-147.

Chittka L. et Geiger K. (1995). Can honey bees count landmarks ? Animal behaviour, 49 (1) : 159-164.

Dacke M. et Srinivasan M.V. (2008). Evidence for counting in insects. Animal cognition, 11 (4) : 683-689.

Giurfa M. et al. (2001). The concepts of ‘sameness’ and ‘difference’ in an insect. Nature, 410 (6831) : 930-933.

Howard S.R. et al. (2017). Perception of contextual size illusions by honeybees in restricted and unrestricted viewing conditions. Proceedings of the royal society b, 284 (1867) : 1-9.

Howard S.R. et al. (2018). Numerical ordering of zero in honey bees. Science, 360 (6393) : 1124-1126.

Howard S.R. et al. (2019). Numerical cognition in honeybees enables addition and subtraction. Science advances, 5 (2) : 1-6.

Nieder A. (2018). Honey bees zero in on the empty set. Science, 360 (6393) : 1069-1070.

Núñez R.E. (2017). Is there really an evolved capacity for number ? Trends in cognitive sciences, 21 (6) : 409-424.

Pepperberg I.M. (2006). Impure altruism and donations to public goods: a theory of warm-glow giving. Journal of comparative psychology, 120 (1) : 1-11.

Pepperberg I.M. (2012). Further evidence for addition and numerical competence by a Grey parrot (Psittacus erithacus). Animal cognition, 15 (4) : 711-717.

Rodríguez R.L. et al. (2015). Nephila clavipes spiders (Araneae : Nephilidae) keep track of captured prey counts : testing for a sense of numerosity in an orb-weaver. Animal cognition, 18 (1) : 307-314.

Skorupski P. et al. (2018). Counting insects. Proceedings of the royal society b, 373 (1740) : 1-9.

Srinivasan M.V. (2010). Honey bees as a model for vision, perception, and cognition. Annual review of entomology, 55 (1) : 267-284.


Source image :

Kat Jayne – Yellow bumblebee gathering pollen close-up photography (2014). https://www.pexels.com/photo/animal-bee-bloom-blooming-551622/


Pour citer ce billet : « Les arithméticiennes abeilles (chronique 92) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 11/03/2019. Consulté le 25/05/2019. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/2723.

4 réflexions sur « Les arithméticiennes abeilles (chronique 92) »

  1. Bonjour,
    Dans le cadre d’une recherche sur les usages des contenus d’OpenEdition, les chercheur.e.s du projet « Appropriation du savoir ouvert » souhaiteraient échanger avec vous.
    Ces chercheur.e.s souhaitent comprendre quels sont vos usages de ces contenus (réguliers ou ponctuels voire occasionnels).
    Cet échange se déroule sous forme d’entretien d’une durée maximale d’une heure. Si vous êtes intéressé.es, vous pouvez les contacter via l’adresse email suivante : lab@openedition.org.

  2. Merci pour cet article, très intéressant.
    Ces expériences montrent que les abeilles ont un certain sens du comptage et sont sensibles à la notion de “plus grand que” et “plus petit que”.
    Mais je suis en revanche un peu dubitatif sur la conclusion quant à la capacité des abeilles à additionner et soustraire: additionner suppose en effet un peu plus que reconnaître la différence entre +1 et -1: c’est avoir une idée -même approximative- de ce que représentent deux quantités quelconques quand on les additionne: cf. par exemple les expériences documentées par Stan Dehaene sur cette compétence chez les singes, les animaux domestiques et même les bébés.
    Ces expériences montrent que tous ont une capacité à additionner, mais avec un sens “logarithmique” des quantités: tous savent comparer les proportions entre deux quantités, mais ne sont pas “arithméticiens” au sens où leur acuité comptable diminue avec les grandes quantité (ils savent différencier 3 et 4, et même additionner 3 et 2, mais sont perdus avec 30 +/-1).
    J’avais fait un article de blog sur le sujet il y a longtemps: http://webinet.cafe-sciences.org/articles/les-neurones-des-nombres/ (certains liens/images sont malheureusement HS)

    1. Merci beaucoup pour le retour ! Et bravo pour ce bel article.

      J’ai moi aussi été dubitatif sur l’emploi des mots addition, soustraction et arithmétique. Néanmoins, en me plongeant dans l’étude, lors de la phase de test, je me suis aperçu que ce n’est pas seulement la capacité des insectes à donner une réponse “plus grand” ou “plus petit” par rapport au problème énoncé qui est évalué, mais bien la consigne +1 ou -1. Car, l’une des situations “test” demandait à l’insecte d’ajouter 1 au chiffre 3 et les réponses possibles étaient 4 et 5. Et même dans cette situation précise, les abeilles réussissaient le test de manière significative par rapport à un choix fait au hasard. Je suis tout de même d’accord qu’il faudra d’autres expériences pour effectivement montrer si les abeilles sont bien en mesures d’appréhender au sens plus large ce que sont les additions et les soustractions.

      Encore merci de votre retour qui me permet d’illustrer une nouvelle fois, le fait que de mon point de vue, cette étude est extrêmement bien pensée.

      Au plaisir d’échanger de nouveau !

    2. Bonjour,
      Dans le cadre d’une recherche sur les usages des contenus d’OpenEdition, les chercheur.e.s du projet « Appropriation du savoir ouvert » souhaiteraient échanger avec vous.
      Ces chercheur.e.s souhaitent comprendre quelles sont vos usages de ces contenus (réguliers ou ponctuels voire occasionnels).
      Cet échange se déroule sous forme d’entretien d’une durée maximale d’une heure. Si vous êtes intéressé.es, vous pouvez les contacter via l’adresse email suivante : lab@openedition.org.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.