Femme dormant avec un livre sur le visage

Le dormant polyglotte (chronique 95)

Apprendre une nouvelle langue, simplement en dormant semble maintenant possible, mais les résultats sont légèrement décevants.

L’hypnopédie est une méthode reposant sur une théorie simple, nous pouvons apprendre de nouvelles choses complexes assez facilement en dormant. L’hypnopédie séduit, l’hypnopédie vend du rêve. Mais tout ceci est-il scientifiquement prouvé ?

Chronique diffusée le 23 mars 2019. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Apprendre en dormant, c’est possible ! », par Elena Sender. Publié sur Sciences et avenir, le 31/01/2019. Consulté le 01/04/2019. Lien : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/sommeil-apprendre-du-vocabulaire-est-possible-en-dormant_131156.


Sources :

Andrillon T. et Kouider S. (2016). Implicit memory for words heard during sleep. Neuroscience of consciousness, 1 : 1-12.

Andrillon T. et al. (2017). Formation and suppression of acoustic memories during human sleep. Nature communications, 8 (179) : 1-15.

Arzi A. et al. (2012). Humans can learn new information during sleep. Nature neuroscience, 15 : 1460-1465.

Diekelmann S. et Born J. (2010). The memory function of sleep. Nature reviews neuroscience, 11 : 114-126.

Emmons W.H. et Simon C.W. (1955). The non-recall of material presented during sleep. The american journal of psychology, 69 (1) : 76-81.

Farthouat J. et al. (2018). Lack of frequency-tagged magnetic responses suggests statistical regularities remain undetected during NREM sleep. Scientific reports, 8 (11719) : 1-16.

Poe G.R. et al. (2010). Cognitive neuroscience of sleep. Progress in brain research, 185 : 1-19.

Simon C.W. et Emmons W.H. (1956). Responses to material presented during various levels of sleep. Journal of experimental psychology, 51 (2) : 89-97.

Züst M.A. et al. (2019). Implicit vocabulary learning during sleep is bound to slow-wave peaks. Current biology, 29 (4) : 541-553.


Source image :

Lina Kivaka – Woman covering face with book on bed (2018). https://www.pexels.com/photo/woman-covering-face-with-book-on-bed-1524232/


Pour citer ce billet : « Le dormant polyglotte (chronique 95) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 01/04/2019. Consulté le 24/04/2019. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/2742.

2 réflexions sur « Le dormant polyglotte (chronique 95) »

  1. Bonjour,
    lors de ma première année de 6ème ( première année d’anglais ) en 1967-68 j’étais le dernier de la classe haut la main avec une moyenne annuelle de 2/20 en anglais. Jugé irrécupérable on m’a fait redoubler. Durant les vacances d’été toutes les nuits j’ai mis la radio qui était à mon chevet sur la BBC ( en grandes ondes) et j’ai donc passé mes nuits à baigner dans la langue anglaise diffusée par la BBC . Au retour des vacances d’été, ô miracle je suis devenu le meilleur de la classe avec une moyenne annuelle de 18/20 ! un miracle s’était passé et ensuite j’ai passé toute ma scolarité en tête de classe pour l’anglais jusqu’en IUT…. Pensez-en ce que vous voulez, il est évident que l’apprentissage nocturne fonctionne, j’en suis une preuve vivante.

    1. Merci pour ce retour argumenté.

      Je me permets de revenir sur certains points :
      – vraisemblablement, vous deviez écouter la radio quelques minutes en étant éveillé au moment de votre coucher et de votre lever. Hormis, si la radio était couplée à une machine d’életroencéphalographie permettant d’enclencher exactement la radio lorsque votre activité cérébrale laissait entrevoir le début du sommeil ; et l’arrêt de la même radio lorsque votre activité cérébrale trahissait votre réveil. Donc, votre « bain dans la langue anglaise » ne s’est pas fait exclusivement pendant votre sommeil.
      – de plus, contrairement à ce qui est fait dans l’étude que je mentionne, ce n’était pas votre premier contact avec la langue anglaise. Vous avez répété ce contact avec des mots que vous aviez déjà vu.
      – et enfin, il semble que vous ne preniez pas assez en compte une donnée essentielle de votre histoire. Vous avez redoublé. Vous êtes de nouveau passé par des connaissances que vous aviez déjà vu, même si elles n’étaient pas totalement acquise. En ce sens vous semblez négliger ce qu’a pu vous apporter ce redoublement.

      Tous ces points font que votre témoignage et votre expérience ne semble pas pouvoir permettre de trancher de manière aussi péremptoire sur le fait que « l’apprentissage nocturne fonctionne ». Les retours d’expériences personnelles sont intéressants, mais sont assez souvent biaisées sans même que cela soit intentionnel. En effet, il y a tout un tas de facteurs que vous ne prenez pas en compte et qui pourrait très bien expliquer votre évolution sans invoquer les bienfaits supposés de l’hypnopédie. D’autant qu’aucune étude scientifique s’étant penchée sur la question de l’hypnopédie ne semble montrer qu’il serait possible d’apprendre simplement et sans effort une nouvelle langue en dormant.

      Au plaisir d’échanger de nouveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.