Jeune femme tenant une fleur dans sa bouche

L’intrigante intrication linguale olfactivo-gustative (chronique 107)

Il semble établi que les odeurs sont perçues par le nez et le goût par la bouche et la langue, néanmoins, il se pourrait que les choses soient bien plus complexes.

Sur le papier, les choses semblent simples. Les odeurs sont captées au niveau du nez par les récepteurs olfactifs et traitées plus largement par le système olfactif alors que les goûts sont captés au niveau de la langue par les récepteurs gustatifs et traités plus largement par le système gustatif. Ces deux sens sont bien indépendants, tout du moins jusqu’à ce que ces deux perceptions soient intégrées ensemble au niveau du cerveau. Sauf, qu’en réalité, les choses pourraient être bien plus intriquées.

Chronique diffusée le 15 juin 2019. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Sur votre langue : des récepteurs olfactifs » par Loïc Chauveau. Publié sur Sciences et avenir, le 29/04/2019. Consulté le 24/06/2019. Lien : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/l-odorat-et-le-gout-fonctionnent-de-la-meme-facon_133164.


Sources :

Bozza T. et al. (2002). Odorant receptor expression defines functional units in the mouse olfactory system. Journal of neuroscience, 22 (8) : 3033-3043.

Dalton P. et al. (2000). The merging of the senses : integration of subthreshold taste and smell. Nature Neuroscience, 3 (5) : 431-432.

Durzyński Ł. et al. (2005). Olfactory-like receptor cDNAs are present in human lingual cDNA libraries. Biochemical and biophysical research communications, 333 (1) : 264-272.

Ferrer I. et al. (2016). Olfactory receptors in non-chemosensory organs : the nervous system in health and disease. Frontiers in aging neuroscience, 8 (163) : 1-17.

Firestein S. et al. (2001). How the olfactory system makes sense of scents. Nature, 413 (6852) : 211-218.

Frank R.A. et Byram J. (1988). Taste-smell interactions are tastant and odorant dependent. Chemical senses, 13 (3) : 445-455.

Fujita T. et al. (1991). Taste cells in the gut and on the tongue. Their common, paraneuronal features. Physiology and behavior, 49 (5) : 883-885.

Green B.G. et al. (2012). Enhancement of retronasal odors by taste. Chemical senses, 37 (1) : 77-86.

Lim J. et al. (2014). The role of congruency in taste-odor interactions. Food quality and preference, 34 : 5-13.

Livaka K.J. et Schmittgen T.D. (2001). Analysis of relative gene expression data using real-time quantitative PCR and the 2−ΔΔCT method. Methods, 25 (4) : 402-408.

Malik B. et al. (2019). Mammalian taste cells express functional olfactory receptors. Chemical senses, 44 (5) : 289-301.

Ozdener M.H. et al. (2006). Characterization and long-term maintenance of rat taste cells in culture. Chemical senses, 31 (3) : 279-290.

Ozdener M.H. et al. (2011). Characterization of human fungiform papillae cells in culture. Chemical senses, 36 (7) : 601-612.

Small D.M. (2012). Flavor is in the brain. Physiology and behavior, 107 (4) : 540-552.


Source image :

Renato Abati – Woman with orange petaled flower on her lips (2019). https://www.pexels.com/photo/woman-with-orange-petaled-flower-on-her-lips-1937394/


Pour citer ce billet : « L’intrigante intrication linguale olfactivo-gustative (chronique 107) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 24/06/2019. Consulté le 17/07/2019. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/2809.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.