Partitions de musique brulées

Le discriminant frisson musical (chronique 116)

Cette manière singulière de se laisser submerger par certains morceaux de musique dépendrait de la connexion particulière existant entre certaines parties spécifiques du cerveau.

Alors que pour certains, le frisson musical est une expérience régulière, pour d’autres, au contraire, ce frisson serait très rare, voire inconnu. Cette différence pourrait dépendre de la connexion de certaines régions dans le cerveau.

Chronique diffusée le 17 octobre 2019. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Musique et sexe, même frisson » par Bénédicte Salthun-Lassalle. Publié sur Cerveau et psycho, le 23/02/2017. Consulté le 14/10/2019. Lien : https://www.cerveauetpsycho.fr/sd/neurobiologie/musique-et-sexe-meme-frisson-de-plaisir-12532.php.


Sources :

Blood A.J. et Zatorre R.J. (2001). Intensely pleasurable responses to music correlate with activity in brain regions implicated in reward and emotion. Proceedings of the national academy of sciences, 98 (20) : 11818-11823.

Grewe O. et al. (2005). How does music arouse “chills” ? Annals of the New York academy of sciences, 1060 (1) : 446-449.

Guhn M. et al. (2007). Physiological and musico-acoustic correlates of the chill response. Music perception : an interdisciplinary journal, 24 (5) : 473-484.

Johansen-Berg (2010). Behavioural relevance of variation in white matter microstructure. Current opinion in neurology, 23 (4) : 351-358.

Nusbaum E.C. et Silvia P.J. (2011). Shivers and timbres : personality and the experience of chills from music. Social psychological and personality science, 2 (2) : 199-204.

Panksepp J. (1995). The emotional sources of “chills” induced by music. Music perception : an interdisciplinary journal, 13 (2) : 171-207.

Sachs. et al. (2016). Brain connectivity reflects human aesthetic responses to music. Social cognitive and affective neuroscience, 11 (6) : 884-891.

Silvia P. et Nusbaum E. (2011). On personality and piloerection : individual differences in aesthetic chills and other unusual aesthetic experiences. Psychology of aesthetics, creativity, and the arts, 5 (3) : 208-214.

Sloboda J.A. (1991). Music structure and emotional response : some empirical findings. Psychology of music, 19 (2) : 110-120.


Source image :

Ylanite Koppens – Music notes (2018). https://www.pexels.com/photo/music-notes-934067/


Pour citer ce billet : « Le discriminant frisson musical (chronique 116) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 23/10/2019. Consulté le 13/11/2019. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/2874.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.