Maison perdue dans les bois

L’apaisante frayeur (chronique 117)

Histoire effrayantes, films d’horreur… aimer avoir peur pourrait s’expliquer par certains avantages à tirer de ces expériences.

Pour essayer d’un peu mieux comprendre pourquoi nous aimons nous faire peur et éventuellement afin d’identifier les bénéfices tirés de ce type de pratique, des chercheurs ont réalisé une expérience atypique dans les sous-sols d’une attraction de maison hantée.

Chronique diffusée le 24 octobre 2019. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Épouvantable ! Pourquoi nous aimons avoir peur » par Kira Shaw. Publié sur The conversation, le 31/10/2017. Consulté le 28/10/2019. Lien : https://theconversation.com/epouvantable-pourquoi-nous-aimons-avoir-peur-86365.

Podcast « La librairie yōkai », par Amandine et Mathieu. Lien : https://podcast.ausha.co/la-librairie-yokai/halloween-christophe-rodo-la-peur.


Sources :

Gross J.J. (2002). Emotion regulation: Affective, cognitive, and social consequences. Psychophysiology, 39 (3) : 281-291.

Joseph J.E. et al. (2009). Neural correlates of emotional reactivity in sensation seeking. Psychological science, 20 (2) : 215-223.

Kerr M. et al. (2019). Voluntary arousing negative experiences (VANE): Why we like to be scared. Emotion, 19 (4) : 682-698.

LeDoux J.E. et Pine D.S. (2016). Using neuroscience to help understand fear and anxiety: a two-system framework. The american journal of psychiatry, 173 (11) : 1083-1093.

Lindquist K.A. et al. (2016). The brain basis of positive and negative affect : evidence from a meta-analysis of the human neuroimaging literature. Cerebral cortex, 26 (5) : 1910-1922.

McTeague L.M. et Lang P.J. (2012). The anxiety spectrum and the reflex physiology of defense : from circumscribed fear to broad distress. Depression and anxiety, 29 (4) : 264-281.

Tamir M. et Ford B.Q. (2009). Choosing to be afraid : preferences for fear as a function of goal pursuit. Emotion, 9 (4) : 488-497.

Todd R.M. et al. (2012). Affect-biased attention as emotion regulation. Trends in cognitive sciences, 16 (7) : 365-372.


Source image :

ArtTower – Train railway on forest (2014). https://pixabay.com/photos/foggy-mist-forest-trees-spooky-545838/


Pour citer ce billet : « L’apaisante frayeur (chronique 117) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 28/10/2019. Consulté le 13/11/2019. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/2880.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.