Bébé allongé au sol

Le primordial hoquet (chronique 123)

Le hoquet, ce phénomène pas vraiment très agréable, pourrait en réalité se révéler extrêmement important pour le développement du cerveau.

Si les mouvements effectués dans le ventre maternel semblent participer au développement cérébral de la représentation du corps du bébé, le hoquet pourrait permettre au fœtus et au nouveau-né de se construire une représentation non plus de l’extérieur, mais de l’intérieur de son propre corps. Autrement dit, le hoquet pourrait permettre au fœtus et au nouveau-né de se construire une représentation du fonctionnement de sa respiration et de l’action qu’il peut y exercer.

Chronique diffusée le 5 décembre 2019. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Newborn baby hiccups could be key to brain development ». Communiqué de presse publié par le University College London, le 12/11/2019. Consulté le 11/12/2019. Lien : https://www.ucl.ac.uk/news/2019/nov/newborn-baby-hiccups-could-be-key-brain-development.


Un autre épisode du podcast en lien :

« La Tête Dans Le Cerveau #93 – L’endormissant bercement ».


Sources :

Amassian V.E. (1951). Cortical representation of visceral afferents. Journal of neurophysiology, 14 (6) : 433-444.

Brouillette R.T. et al. (1980). Hiccups in infants : characteristics and effects on ventilation. The journal of pediatrics, 96 (2) : 219-225.

Gentsch A. et al. (2019). Affective interoceptive inference : evidence from heart‐beat evoked brain potentials. Human brain mapping, 40 (1) : 20-33.

Hrbek A. et al. (1973). Development of visual and somatosensory evoked responses in pre-term newborn infants. Electroencephalography and clinical neurophysiology, 34 (3) : 225-232.

Kahrilas P.J. et Shi G. (1997). Why do we hiccup ? Gut, 41 (5) : 712-713.

Karniski W. et al. (1992). The late somatosensory evoked potential in premature and term infants. II – Topography and latency development. Electroencephalography and clinical neurophysiology/Evoked potentials section, 84 (1) : 44-54.

Lewis J. (1985). Hiccups : causes and cures. Journal of clinical gastroenterology, 7 (6) : 539-552.

Maskill D. et al. (1991). Motor cortical representation of the diaphragm in man. The journal of psychology, 443 (1) : 105-121.

McKay L.C. et al. (2003). Neural correlates of voluntary breathing in humans. Journal of applied psychology, 95 (3) : 1170-1178.

Pillai M et James D. (1990). Hiccups and breathing in human fetuses. Archives of disease in childhood, 65 (10) : 1072-1075.

Swann I. (1978). Intrauterine hiccup. The british medical journal, 2 : 1497-1498.

Van Woerden E.E. et al. (1989). Fetal hiccups ; characteristics and relation to fetal heart rate. European journal of obstetrics and gynecology and reproductive biology, 30 (3) : 209-216.

Wagner I.F. (1938). A note on the hiccough of the neonate. The pedagogical seminary and journal of genetic psychology , 52 (1) : 233-234.

Wheeler-Hegland K. et al. (2011). Cortical gating of oropharyngeal sensory stimuli. Frontiers in physiology, 1 (167) : 1-7.

Whitehead K. et al. (2019). Event-related potentials following contraction of respiratory muscles in pre-term and full-term infants. Clinical neurophysiology, 130 (12) : 2216-2221.


Source image :

Pixabay – Baby on gray knit hooded clothes lying on carpet (2016). https://www.pexels.com/photo/adorable-baby-beautiful-child-266004/


Pour citer ce billet : « Le primordial hoquet (chronique 123) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 11/12/2019. Consulté le 18/01/2020. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/3051.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.