Nuances de lumières sur une montagne

L’anxiogénisante nuit blanche (épisode 127)

Une seule nuit sans dormir pourrait altérer le fonctionnement du cerveau et augmenter de manière assez importante l’anxiété.

Que se passe-t-il dans le cerveau lorsque nous ne dormons pas, ne serait-ce qu’une seule nuit ?

Chronique diffusée le 31 décembre 2019. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Stressed to the max ? Deep sleep can rewire the anxious brain » par Yasmin Anwar. Communiqué de presse publié par l’université de Californie à Berkeley, le 04/11/2019. Consulté le 13/01/2020. Lien : https://news.berkeley.edu/2019/11/04/deep-sleep-can-rewire-the-anxious-brain/.


Un autre épisode du podcast en lien :

« La Tête Dans Le Cerveau #83 – Le cerveau face à la gueule de bois ».

« La Tête Dans Le Cerveau #128 – Les stimulantes bonnes résolutions ».


Sources :

Babson K.A. et al. (2010). A test of the effects of acute sleep deprivation on general and specific self-reported anxiety and depressive symptoms : an experimental extension. Journal of behavior therapy and experimental psychiatry, 41 (3) : 297-303.

Ben Simon E. et al. (2019). Overanxious and underslept. Nature human behaviour, in press : 1-11.

Bishop S.J. (2007). Neurocognitive mechanisms of anxiety : an integrative account. Trends in cognitive sciences , 11 (7) : 307-316.

Goldstein A.N. et Walker M.P. (2014). The role of sleep in emotional brain function. Annual review of clinical psychology, 10 : 679-708.

Krause A.J. et al. (2017). The sleep-deprived human brain. Nature reviews neuroscience, 18 : 404-418.

Motomura Y. et al. (2013). Sleep debt elicits negative emotional reaction through diminished amygdala-anterior cingulate functional connectivity. Plos one, 8 (2) : 1-10.

Pires G.N. et al. (2016). Effects of acute sleep deprivation on state anxiety levels : a systematic review and meta-analysis. Sleep medicine, 24 : 109-118.

Simmons A. et al. (2008). Anxiety vulnerability is associated with altered anterior cingulate response to an affective appraisal task. Neuroreport, 19 (10) : 1033-1037.

Stein M.B. et al. (2007). Increased amygdala and insula activation during emotion processing in anxiety-prone subjects. The american journal of psychiatry , 164 (2) : 318-327.

Sysoeva Y.Y. et Verbitsky E.V. (2013). Influence of the level of trait anxiety on sleep EEG of men and women. Human physiology, 39 : 655-662.

Walker M.P. et van der Helm E. (2009). Overnight therapy ? The role of sleep in emotional brain processing. Psychological bulletin, 135 (5) : 731-748.

Yoo S.-S. et al. (2007). The human emotional brain without sleep – a prefrontal amygdala disconnect. Current biology, 17 (20) : 877-878.


Source image :

Suket Dedhia – Rocky mountain (2017). https://www.pexels.com/photo/rocky-mountain-671658/


Pour citer ce billet : « L’anxiogénisante nuit blanche (épisode 127) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 13/01/2020. Consulté le 06/07/2020. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/3191.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.