Visage de femme dédoublé

L’aliénante overdose (épisode 139)

En étudiant le cas d’une jeune femme aux troubles psychotiques causés par une origine organique, il est possible d’observer que les limites entre le biologique et le psychologique sont plus théoriques que réelles.

Pour les médecins, la jeune femme souffre d’une crise psychotique aigüe, mais les causes de cette crise sont assez inattendues.

Chronique diffusée le 26 mars 2020. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

Sacks O. (1992). L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau et autres récits cliniques. Seuil, Paris.


Un autre épisode du podcast en lien :

« La Tête Dans Le Cerveau #112 – L’aliénant félidé ».


Sources :

Aljarallah S. et Al-Hussain F. (2015). Acute fatal posthypoxic leukoencephalopathy following benzodiazepine overdose : a case report and review of the literature. BMC Neurology, 15 (69) : 1-6.

Gottfried J.A. et al. (1997). Delayed posthypoxic demyelination : association with arylsulfatase – A deficiency and lactic acidosis on proton MR spectroscopy. Neurology, 49 (5) : 1400-1404.

Kaplan K. et al. (2020). Rare anoxic brain injury sequela of delayed posthypoxic leukoencephalopathy due to recreational drug overdose with benzodiazepines. Clinical case reports, in press : 1-5.

McKinney A.M. et al. (2009). Acute toxic leukoencephalopathy : potential for reversibility clinically and on MRI with diffusion-weighted and FLAIR Imaging. American journal of roentgenology, 193 (1) : 192-206.

Molloy S. et Williams T.L. (2006). Reversible delayed posthypoxic leukoencephalopathy. American journal of neuroradiology, 27 (8) : 1763-1765.

Shprecher D.R. et al. (2008). Clinical and diagnostic features of delayed hypoxic leukoencephalopathy. The journal of neuropsychiatry and clinical neurosciences, 20 (4) : 473-477.

Shprecher D.R. et Mehta L. (2010). The syndrome of delayed post-hypoxic leukoencephalopathy. Neurorehabilitation, 26 (1) : 65-72.

Weinberger L.M. et al. (1994). Delayed postanoxic demyelination and arylsulfatase – A pseudodeficiency. Neurology, 44 (1) : 2-2.


Source image :

Elina Krima – Woman’s face (2019). https://www.pexels.com/photo/woman-s-face-3319333/


Pour citer ce billet : « L’aliénante overdose (épisode 139) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 30/03/2020. Consulté le 22/10/2020. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/3416.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.