Personne marchant seule dans le sable

L’esseulante réussite financière (épisode 146)

Fonder son estime de soi sur sa réussite financière semble avoir de nombreuses et lourdes répercussions sur soi et sur sa relation avec les autres.

L’estime de soi est donc par nature fluctuante, car elle résulte des actions que l’individu accomplit. Mais l’estime de soi est également hautement subjective, car elle dépend des valeurs personnelles de l’individu, de ce qu’il considère comme étant en accord ou en opposition avec ses valeurs.

Chronique diffusée le 14 mai 2020. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Aspiring to be rich may damage your relationships » par Emily Reynolds. Publié sur Research digest, le 04/05/2020. Consulté le 18/05/2020. Lien : https://digest.bps.org.uk/2020/05/04/aspiring-to-be-rich-may-damage-your-relationships/.


Un autre épisode du podcast en lien :

« La Tête Dans Le Cerveau #120 – La détériorante chute de revenus ».

« La Tête Dans Le Cerveau #129 – La complexe formule du désir ».


Sources :

Baumeister R.F. et Leary M.R. (1995). The need to belong : desire for interpersonal attachments as a fundamental human motivation. Psychological bulletin, 117 (3) : 497-529.

Bianchi E.C. et Vohs K.D. (2016). Social class and social worlds : income predicts the frequency and nature of social contact. Social psychological and personality science, 7 (5) : 479-486.

Hershfield H.E. et al. (2016). People who choose time over money are happier. Social psychological and personality science, 7 (7) : 697-706.

Kasser T. et Ryan R.M. (1993). A dark side of the american dream : correlates of financial success as a central life aspiration. Journal of personality and social psychology, 65 (2) : 410-422.

Nickerson C. et al. (2003). Zeroing in on the dark side of the american dream: a closer look at the negative consequences of the goal for financial success. Psychological science, 14 (6) : 531-536.

Park L.E. et al. (2017). It’s all about the money (for some) : consequences of financially contingent self-worth. Personality and social psychology bulletin, 43 (5) : 601-622.

Srivastava A. et al. (2001). Money and subjective well-being : it’s not the money, it’s the motives. Journal of personality and social psychology, 80 (6) : 959-971.

Uchino B.N. et al. (1996). The relationship between social support and physiological processes : a review with emphasis on underlying mechanisms and implications for health. Psychological bulletin, 119 (3) : 488-531.

Vohs K.D. (2015). Money priming can change people’s thoughts, feelings, motivations, and behaviors : an update on 10 years of experiments. Journal of experimental psychology : general, 144 (4) : 86-93.

Vohs K.D. et al. (2006). The psychological consequences of money. Science, 314 (5803) : 1154-1156.

Ward D.E. et al. (2020). Can’t buy me love (or friendship) : social consequences of financially contingent self-worth. Personality and social psychology bulletin, in press : 1-17.

Whillans A.V. et al. (2016). Valuing time over money is associated with greater happiness. Social psychological and personality science, 7 (3) : 213-222.

Whillans A.V. et Dunn E.W. (2019). Valuing time over money is associated with greater social connection. Journal of social and personal relationships, 36 (8) : 2549-2565.


Source image :

Tom Swinnen – Photo of person walking on deserted island (2018). https://www.pexels.com/photo/photo-of-person-walking-on-deserted-island-934718/


Pour citer ce billet : « L’esseulante réussite financière (épisode 146) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 18/05/2020. Consulté le 27/11/2020. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/3594.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.