Chiot devant une main

Le réconfortant compagnon animal (épisode 156)

Avoir un animal de compagnie pourrait réduire les effets délétères d’un confinement sur la santé mentale.

Un certain nombre d’étude a pu montrer que face à un confinement, face à une sévère limitation de liberté de mouvement et d’interaction, les effets psychologiques, neurobiologiques, voire psychiatriques pouvaient être nombreux et non négligeables. Mais plus que d’être défaitiste ou passif face à ces constatations pas vraiment très encourageantes, des études scientifiques semblent mettre en lumière des pistes qui permettraient de mieux vivre, ou tout du moins, de moins mal vivre ces périodes. Un des éléments qui pourrait jouer de manière positive serait le fait d’avoir un animal de compagnie.

Chronique diffusée le 26 novembre 2020. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« En cas de reconfinement, la compagnie d’un animal sera bénéfique pour la santé mentale » par Yohan Demeure. Publié sur Sciencepost, le 04/10/2020. Consulté le 30/11/2020. Lien : https://sciencepost.fr/en-cas-de-reconfinement-la-compagnie-dun-animal-sera-benefique-pour-la-sante-mentale/.


Un autre épisode du podcast en lien :

« La Tête Dans Le Cerveau #140 – Le cerveau face au confinement ».

« La Tête Dans Le Cerveau #142 – L’affamant confinement ».

« La Tête Dans Le Cerveau #145 – L’impactant déconfinement ».

« La Tête Dans Le Cerveau #147 – Les affriolants effets de la pandémie ».

« La Tête Dans Le Cerveau #151 – Les désennuyants documentaires ».

« La Tête Dans Le Cerveau #153 – Le détemporalisant confinement ».


Sources :

Bowen J. et al. (2020). The effects of the spanish COVID-19 lockdown on people, their pets, and the human-animal bond. Journal of veterinary behavior, 40 : 75-91.

Brooks H.L. et al. (2018). The power of support from companion animals for people living with mental health problems : a systematic review and narrative synthesis of the evidence. BMC psychiatry, 18 (31) : 1-12.

Chur-Hansen A. et al. (2010). Gaps in the evidence about companion animals and human health : some suggestions for progress. JBI evidence implementation, 8 (3) : 140-146.

Duvall Antonacopoulus N.M. et Pychyl T.A. (2010). An examination of the potential role of pet ownership, human social support and pet attachment in the psychological health of individuals living alone. Anthrozoös , 23 (1) : 37-54.

Herzog H. (2011). The impact of pets on human health and psychological well-being : fact, fiction, or hypothesis ? Current directions in psychological science, 20 (4) : 236-239.

Hughes M.E. et al. (2004). A short scale for measuring loneliness in large surveys : results from two population-based studies. Research on aging, 26 (6) : 655-672.

McCabe C.J. et al. (1996). Measuring the mental health status of a population : a comparison of the GHQ–12 and the SF–36 (MHI–5). The british journal of psychiatry, 169 (4) : 517-521.

Meehan M. et al. (2017). Using attachment theory and social support theory to examine and measure pets as sources of social support and attachment figures. Anthrozoös, 30 (2) : 273-289.

Müllersdorf M. et al. (2010). Aspects of health, physical/leisure activities, work and socio-demographics associated with pet ownership in Sweden. Scandinavian journal of public health, 38 (1) : 53-63.

Ratschen E. et al. (2001). Human-animal relationships and interactions during the Covid-19 lockdown phase in the UK : Investigating links with mental health and loneliness. Plos one, 15 (9) : 1-17.

Taggart F. et al. (2013). Cross cultural evaluation of the Warwick-Edinburgh mental well-being scale (WEMWBS) – a mixed methods study. Health and quality of life outcomes, 11 (27) : 1-12.

Zasloff R.L. (1996). Measuring attachment to companion animals : a dog is not a cat is not a bird. Applied animal behaviour science, 47 (1-2) : 43-48.


Source image :

Anna Shvets – White and black short coated dog (2020). https://www.pexels.com/photo/white-and-black-short-coated-dog-4587987/


Pour citer ce billet : « Le réconfortant compagnon animal (épisode 156) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 30/11/2020. Consulté le 19/06/2021. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/3857.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.