Carte de nouvel an

L’essentielle formulation des bonnes résolutions (épisode 162)

Réussir à tenir de bonnes résolutions pourrait dépendre, au moins en partie, de la manière dont celles-ci sont formulées.

Afin de débuter au mieux une nouvelle année, certaines personnes se fixent des objectifs pour faire évoluer des comportements qu’elles souhaitent modifier. Activité physique, perte de poids, habitudes alimentaires sont souvent quelques-uns des éléments cités. Toutefois, il apparaît que dans cette démarche, le plus complexe ne semble pas tant être de réussir à se fixer des objectifs, que d’arriver à les maintenir. Alors, comment réussir à tenir ces bonnes résolutions ? Existe-t-il des éléments permettant de mieux arriver à réaliser ses objectifs ?

Chronique diffusée le 7 janvier 2020. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Changer la formulation de vos nouvelles résolutions pourrait augmenter leurs chances de succès » par Camille Gaubert. Publié sur Sciences et avenir, le 09/12/2020. Consulté le 05/01/2021. Lien : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/cerveau-et-psy/changer-la-formulation-de-vos-nouvelles-resolutions-pourrait-augmenter-vos-chances-de-succes_149879.


Un autre épisode du podcast en lien :

« La Tête Dans Le Cerveau #128 – Les stimulantes bonnes résolutions ».


Sources :

Brunstein J.C. et al. (1996). Personal goals and social support in close relationships : effects on relationship mood and marital satisfaction. Journal of personality and social psychology, 71 (5) : 1006-1019.

Church M.A. et al. (2001). Perceptions of classroom environment, achievement goals, and achievement outcomes. Journal of educational psychology, 93 (1) : 43-54.

Dai H. et al. (2014). The fresh start effect : temporal landmarks motivate aspirational behavior. Management science, 60 (10) : 2563-2582.

Elliot A.J. et al. (1997). Avoidance personal goals and subjective well-being. Personality and social psychology bulletin, 23 (9) : 915-927.

Marlatt G.A. et Kaplan B.E. (1972). Self-initiated attempts to change behavior : a study of new year’s resolutions. Psychological reports, 30 (1) : 123-131.

Norcross J.C. et al. (1989). Ringing in the new year : the change processes and reported outcomes of resolutions. Addictive behaviors, 14 (2) : 205-212.

Norcross J.C. et al. (2002). Auld lang syne : success predictors, change processes, and self‐reported outcomes of new year’s resolvers and nonresolvers. Journal of clinical psychology, 58 (4) : 397-405.

Norcross J.C. et Vangarelli D.J. (1989). The resolution solution : longitudinal examination of new year’s change attempts. Journal of substance abuse, 1 (2) : 127-134.

Oscarsson M. et al. (2020). A large-scale experiment on new year’s resolutions : approach-oriented goals are more successful than avoidance-oriented goals. Plos one, 15 (12) : 1-13.

Schouwenburg H.C. (1992). Procrastinators and fear of failure : an exploration of reasons for procrastination. European journal of personality, 6 (3) : 225-236.

Watson D.C. (2001). Procrastination and the five-factor model : a facet level analysis. Personality and individual differences, 30 (1) : 149-158.


Source image :

Annie Spratt – Green christmas decor with new year greetings photo (2016). https://unsplash.com/photos/Ef1H5YTTmZ8


Pour citer ce billet : « L’essentielle formulation des bonnes résolutions (épisode 162) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 11/01/2021. Consulté le 17/01/2021. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/3892.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.