Violon sur une partition

La nantissante musique classique (épisode 170)

Dans un commerce, la diffusion de musique classique pourrait modifier le montant dépensé par les clients.

Même si l’idée selon laquelle écouter de la musique classique pourrait rendre plus intelligent, a été construite à partir de l’exagération et de la déformation de travaux scientifiques qui, en réalité, n’ont jamais vraiment pu être reproduits, de Bach, à Beethoven en passant par Mozart, ce type de musique fascine et revêt pour certains un caractère presque mystique. Alors, l’écoute de musique classique a-t-elle une influence particulière sur nous ?

Chronique diffusée le 4 mars 2021. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Quand la musique pousse à la consommation » par les rédacteurs de Ouest-France. Publié sur Ouest-France, le 25/07/2013. Consulté le 01/03/2021. Lien : https://www.ouest-france.fr/economie/commerce/commerce-quand-la-musique-pousse-la-consommation-4478634.


Un autre épisode du podcast en lien :

« La Tête Dans Le Cerveau #125 – Les auditives et odorantes manipulations commerciales ».


Sources :

A. et al. (2020). Does. Journal, 2 (1) : 1-2.

Areni C.S. et Kim D. (1993). The influence of background music on shopping behaviour : classical versus top-forty music in a wine store. Advances in consumer research, 20 : 336-340.

Caldwell C. et Hibbert S.A. (1999). Play that one again : the effect of music tempo on consumer behaviour in a restaurant. European advances in consumer research, 4 : 58-62.

Milliman R.E. (1982). Using background music to affect the behaviour of supermarket shoppers. Journal of marketing, 46 (3) : 86-91.

Milliman R.E. (1986). The influence of background music on the behaviour of restaurant patrons. Journal of consumer research, 13 (2) : 286-289.

North A.C. et al. (1997). In-store music affects product choice. Nature, 390 : 132.

North A.C. et al. (1999). The influence of in-store music on wine selections. Journal of applied psychology, 84 (2) : 271-276.

North A.C. et al. (2002). The effect of musical style on restaurant customers’ spending. Environment and behavior, 35 (5) : 712-718.

North A.C. et Hargreaves D.J. (1998). The effect of music on atmosphere and purchase intentions in a cafeteria. Journal of applied psychology, 28 (24) : 2254-2273.

Roballey T.C. et al. (1985). The effect of music on eating behaviour. Bulletin of the psychonomic society, 23 : 221-222.

Spangenberg E.R. et al. (2005). It’s beginning to smell (and sound) a lot like Christmas : the interactive effects of ambient scent and music in a retail setting. Journal of business research, 58 (11) : 1583-1589.

Turley L.W. et Milliman R.E. (2000). Atmospheric effects on shopping behavior : a review of the experimental evidence. Journal of business research, 49 (2) : 193-211.


Source image :

Ylanite Koppens – Violon marron (2017). https://www.pexels.com/fr-fr/photo/violon-marron-697672/


Pour citer ce billet : « La nantissante musique classique (épisode 170) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 08/03/2021. Consulté le 07/05/2021. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/3954.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.