Homme marchant sur le bord de mer par temps brumeux

La somnolente marche (épisode 182)

Manquer de sommeil pourrait se voir dans la manière de marcher.

Pendant les phases de marche prises en charge de manière autonome par la moelle épinière, le fonctionnement cérébral n’aurait pas vraiment d’impact sur celles-ci, c’est tout du moins ce qui était imaginé jusqu’à présent.

Chronique diffusée le 4 novembre 2021. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Le manque de sommeil affecte notre façon de marcher », par Anouk Tomas . Publié sur Sciences et avenir, le 02/11/2021. Consulté le 04/11/2021. Lien : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/sommeil/le-manque-de-sommeil-affecte-negativement-notre-facon-de-marcher_158779.


Un autre épisode du podcast en lien :

« La Tête Dans Le Cerveau #101 – L’ajustante moelle épinière ».


Sources :

Aguiar S.A. et Barela J.A. (2014). Sleep deprivation affects sensorimotor coupling in postural control of young adults. Neuroscience letters, 574 : 47-52.

Bizzi E. et Ajemian R. (2020). From motor planning to execution : a sensorimotor loop perspective. Journal of neurophysiology, 124 (6) : 1815-1823.

Chen H.Y. et al. (2006) The synchronisation of lower limb responses with a variable metronome : the effect of biomechanical constraints on timing. Gait and posture, 23 (3) : 307-314.

Damm L. et al. (2020). Why do we move to the beat ? A multi-scale approach, from physical principles to brain dynamics. Neuroscience and biobehavioral reviews, 112 : 553-584.

Furtado F. et al. (2016). Chronic low quality sleep impairs postural control in healthy adults. Plos one, 11 (10) : 1-13.

Goel N. et al. (2009). Neurocognitive consequences of sleep deprivation. Seminars in neurology, 29 (4) : 320-339.

Hudson A.N. et al. (2020). Sleep deprivation, vigilant attention, and brain function : a review. Neuropsychopharmacology, 45 : 21-30.

McCoy J.G. et Strecker R.E. (2011). The cognitive cost of sleep lost. Neurobiology of learning and memory, 96 (4) : 564-582.

Molinari M. et al. (2003). Neurobiology of rhythmic motor entrainment. Annals of New York academy of sciences, 999 (1) : 313-321.

Schaffert N. et al. (2019). A review on the relationship between sound and movement in sports and rehabilitation. Frontiers in psychology, 10 (244) : 1-20.

Takakusaki K. (2017). Functional neuroanatomy for posture and gait control. Journal of movement disorders, 10 (1) : 1-17.

Thaut M.H. et Kenyon G.P. (2003). Rapid motor adaptations to subliminal frequency shifts during syncopated rhythmic sensorimotor synchronization. Human movement science, 22 (3) : 321-338.

Umemura G.S. et al. (2021). Sleep deprivation affects gait control. Scientific reports, 11 (21104) : 1-11.

Zhao Z. et al. (2017). Neural consequences of chronic short sleep : reversible or lasting ? Frontiers in neurology, 8 (235) : 1-11.


Source image :

Ben Mack – Homme anonyme marchant sur le bord de mer de sable par temps brumeux (2019). https://www.pexels.com/fr-fr/photo/homme-anonyme-marchant-sur-le-bord-de-mer-de-sable-par-temps-brumeux-5326900/


Pour citer ce billet : « La somnolente marche (épisode 182) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 08/11/2021. Consulté le 30/11/2021. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/4027.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.