Noix ouverte

L’atrophiant coronavirus (épisode 183)

Avoir été infecté par le coronavirus laisserait des traces sur le cerveau.

A l’heure où la vaccination permet de grandement se prémunir des formes graves et où un traitement médicamenteux efficace semble pouvoir être prescrit afin de limiter l’impact de l’infection, est-ce toujours aussi important que de ne pas être infecté par le coronavirus SARS-Cov-2 responsable du COVID-19 ?

Chronique diffusée le 11 novembre 2021. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Le Covid rétrécirait le cerveau », par Sébastien Bohler. Publié sur Cerveau et psycho, le 09/11/2021. Consulté le 11/11/2021. Lien : https://www.cerveauetpsycho.fr/le-covid-retrecirait-le-cerveau-22661.php.


Un autre épisode du podcast en lien :

« La Tête Dans Le Cerveau #140 – Le cerveau face au confinement ».

« La Tête Dans Le Cerveau #142 – L’affamant confinement ».

« La Tête Dans Le Cerveau #145 – L’impactant déconfinement ».

« La Tête Dans Le Cerveau #147 – Les affriolants effets de la pandémie ».

« La Tête Dans Le Cerveau #153 – Le détemporalisant confinement ».

« La Tête Dans Le Cerveau #168 – L’aventureuse sexualité pandémique ».


Sources :

Blazhenets G. et al. (2021). Slow but evident recovery from neocortical dysfunction and cognitive impairment in a series of chronic COVID-19 patients. The journal of nuclear medicine, 62 (11) : 910-915.

Cooper K.W. et al. (2020). COVID-19 and the chemical senses : supporting players take center stage. Neuron, 107 (2) : 219-233.

Douaud G. et al. (2021). Brain imaging before and after COVID-19 in UK biobank. medRxiv, preprint : 1-50.

Helms J. et al. (2020). Neurologic Features in severe SARS-CoV-2 infection. The new england journal of medicine, 382 : 2268-2270.

Manca R. et al. (2021). Heterogeneity in regional damage detected by neuroimaging and neuropathological studies in older adults with COVID-19 : a cognitive- neuroscience systematic review to inform the long-term impact of the virus on neurocognitive trajectories. Frontiers in aging neuroscience, 13 (646908) : 1-29.

Meinhardt J. et al. (2021). Olfactory transmucosal SARS-CoV-2 invasion as a port of central nervous system entry in individuals with COVID-19. Nature neuroscience, 24 : 168-175.

Miller K.L. et al. (2016). Multimodal population brain imaging in the UK Biobank prospective epidemiological study. Nature neuroscience, 19 : 1523-1536.

Paterson R.W. et al. (2020). The emerging spectrum of COVID-19 neurology : clinical, radiological and laboratory findings. Brain, 143 (10) : 3104-3120.

Postma E.M. et al. (2021). Investigating morphological changes in the brain in relation to etiology and duration of olfactory dysfunction with voxel-based morphometry. Scientific reports, 11 (12704) : 1-8.

Qin, Y. et al. (2021). Long-term microstructure and cerebral blood flow changes in patients recovered from COVID-19 without neurological manifestations. The journal of clinical investigation, 131 (8) : 1-12.

Tsai S.T. et al. (2020). The neurologic manifestations of coronavirus disease 2019 pandemic : a systemic review. Frontiers in neurology, 11 (498) : 1-7.

Yang A.C. et al. (2021). Dysregulation of brain and choroid plexus cell types in severe COVID-19. Nature, 595 : 565-571.

Zhou G. et al. (2019). Characterizing functional pathways of the human olfactory system. Elife, 8 (47177) : 1-27.


Source image :

Mockup Graphics – Free food image (2020). https://unsplash.com/photos/cnlzkjG9CwY


Pour citer ce billet : « L’atrophiant coronavirus (épisode 183) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 15/11/2021. Consulté le 30/11/2021. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/4031.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.