Verre de vin chaud

La fluctuante appréciation olfactive (épisode 189)

L’appréciation d’une odeur pourrait être différente en fonction de la période de l’année.

Les odeurs sont en permanence autour de nous. Alors que nous en percevons certaines comme agréables, d’autres au contraire nous rebute totalement. Ce qui fait que nous apprécions certaines odeurs et moins d’autres semble dépendre d’un subtil mélange entre une influence génétique fruit de notre hérédité, et une appropriation modelée par nos expériences vécues au sein de notre environnement. Mais ce n’est pas tout, car l’appréciation d’une odeur pourrait aussi être influencée par le contexte dans lequel elle est sentie.

Chronique diffusée le 23 décembre 2021. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Avoir du nez ça s’apprend » par Joël Ignasse. Publié sur Sciences et avenir, le 04/04/2011. Consulté le 20/12/2021. Lien : https://www.sciencesetavenir.fr/fondamental/avoir-du-nez-ca-s-apprend_22704.


Un autre épisode du podcast en lien :

« La Tête Dans Le Cerveau #125 – Les auditives et odorantes manipulations commerciales ».


Sources :

Bone P.L. et Ellen P.S. (1999). Scents in the marketplace : explaining a fraction of olfaction. Journal of retailing, 75 (2) : 243-262.

Dalton P. (1996). Odor perception and beliefs about risk. Chemical senses, 21 (4) : 447-458.

Demattè M.L. et al. (2009). Olfactory discrimination : when vision matters ? Chemical senses, 34 (2) : 103-109.

Distel H. et al. (1999). Perception of everyday odors-correlation between intensity, familiarity and strength of hedonic judgment. Chemical senses, 24 (2) : 191-199.

Hamdani et al. (2008). Seasonal variations in olfactory sensory neurons-fish sensitivity to sex pheromones explained ? Chemical senses, 33 (2) : 119-123.

Herz R.S. et von Clef J. (2001). The influence of verbal labeling on the perception of odors : evidence for olfactory illusions ? Perception, 30 (3) : 381-391.

Kobal G. et al. (1996). “Sniffin’ sticks” : screening of olfactory performance. Rhinology, 34 (4) : 222-226.

Mitchell D.J. et al. (1995). There’s something in the air : effects of congruent or incongruent ambient odor on consumer decision making. Journal of consumer research, 22 (2) : 229-238.

Nováková L.M. et al. (2015). Positive relationship between odor identification and affective responses of negatively valenced odors. Frontiers in psychology, 6 (607) : 1-9.

Seo H.-S. et al. (2008). Contextual influences on the relationship between familiarity and hedonicity of odors. Journal of food science, 73 (6) : 273-278.

Seo H.-S. et al. (2009). Odor attributes change in relation to the time of the year. Cinnamon odor is more familiar and pleasant during Christmas season than summertime. Appetite, 53 (2) : 222-225.

Spangenberg E.R. et al. (1996). Improving the store environment : do olfactory cues affect evaluations and behaviors ? Journal of marketing, 60 (2) : 67-80.

Spangenberg E.R. et al. (2005). It’s beginning to smell (and sound) a lot like Christmas : the interactive effects of ambient scent and music in a retail setting. Journal of business research, 58 (11) : 1583-1589.

Spence C. (2021). Explaining seasonal patterns of food consumption. International journal of gastronomy and food science, 24 (100332) : 1-8.

Wada Y. et al. (2012). Infant visual preference for fruit enhanced by congruent in-season odor. Appetite, 58 (3) : 1070-1075.


Source image :

Christine Sponchia – Vin chaud de noël boire (2018). https://pixabay.com/fr/photos/vin-chaud-de-noël-boire-chaud-3875014/


Pour citer ce billet : « La fluctuante appréciation olfactive (épisode 189) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 27/12/2021. Consulté le 24/01/2022. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/4069.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.