Livre ouvert avec une paire de lunette

Le restreignant langage juridique (épisode 207)

La complexité des textes juridiques pourrait bien plus à voir avec une formulation jouant sur les limites des capacités cognitives, qu’avec une réelle expertise qu’ils requerraient.

De la loi, aux différents contrats que nous souscrivons au cours de notre vie, en passant par l’accord que nous devons donner pour pouvoir utiliser n’importe quel logiciel ou service numérique, le langage juridique est partout autour de nous. Mais pourquoi le sens de ces textes peut-il souvent nous sembler assez nébuleux et complexe à clairement saisir ? Est-ce dû à la complexité des connaissances qu’ils requièrent pour être compris ou est-ce davantage dû à la nature même de la complexité des propriétés du langage utilisé ?

Chronique diffusée le 28 avril 2022. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Objection : No one can understand what you’re saying », par la rédaction de EurekAlert. Publié sur EurekAlert, le 07/03/2022. Consulté le 25/04/2022. Lien : https://www.eurekalert.org/news-releases/945642.


Un autre épisode du podcast en lien :

« La Tête Dans Le Cerveau #121 – Les désambiguïsants sons des mots ».


Sources :

Arbel Y.A et Toler A. (2020). All-caps. Journal of empirical legal studies, 17 (4) : 862-896.

Azuelos-Atias S. (2018). Making legal language clear to legal laypersons. Legal pragmatics, 288 : 101-116.

Baldie B.J. (1976). The acquisition of the passive voice. Journal of child language, 3 (3) : 331-348.

Cain K. et al. (2004). Individual differences in the inference of word meanings from context : the influence of reading comprehension, vocabulary knowledge, and memory capacity. Journal of educational psychology, 96 (4) : 671-681.

Ferreira F. (2003). The misinterpretation of noncanonical sentences.
Cognitive psychology, 47 (2) : 164-203.

Gibson E. (1998). Linguistic complexity : locality of syntactic dependencies. Cognition, 68 (1) : 1-76.

Heuer L. et Penrod S.D. (1989). Instructing jurors. Law and human behavior, 13 (4) : 409-430.

Martínez E. et al. (2022). Poor writing, not specialized concepts, drives processing difficulty in legal language. Cognition, 224 (105070) : 1-7.

Masson M.E. et Waldron M.A. (1994). Comprehension of legal contracts by non-experts : effectiveness of plain language redrafting. Applied cognitive psychology, 8 (1) : 67-85.

Noordman L.G. et Vonk W. (1992). Readers’ knowledge and the control of inferences in reading. Language and cognitive processes, 7 (3-4) : 373-391.

Obar J.A. et al. (2020). The biggest lie on the internet : ignoring the privacy policies and terms of service policies of social networking services. Information, communication and society, 23 (1) : 128-147.

Tiersma P.M. (1993). Reforming the language of jury instructions. Hofstra law review, 22 (1) : 37-78.


Source image :

Dariusz Sankowski – Framed eyeglasses on top open book photo (2015). https://unsplash.com/photos/ABAmxzlot8E


Pour citer ce billet : « Le restreignant langage juridique (épisode 207) », par Christophe Rodo. Publié sur Cerveau en argot, le 28/04/2022. Consulté le 29/05/2022. Lien : https://cervenargo.hypotheses.org/4424.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.