Réveil jaune sur une couette

L’éveillant snooze (épisode 259)

Repousser plusieurs fois l’alarme du réveil ne serait pas forcément néfaste sur le sommeil et pourrait même avoir certains avantages.

Si notre rapport avec lui peut être plus ou moins conflictuel, le réveil avec son alarme qui retentit pour nous sortir de notre sommeil est tout de même bien utile au quotidien. Néanmoins, dans son utilisation, au moins deux stratégies semblent s’opposer. Il y a ceux qui règlent leur réveil le plus tard possible, mais qui quasiment dès la première sonnerie sont debout. Et ceux qui règlent leur réveil, plus tôt, tout en se laissant, au besoin, la possibilité de le repousser 1, 2 voire 3 fois, ou ont programmé plusieurs alarmes à des moments différents. Si l’utilisation de la première stratégie visant à avoir la plus longue période de sommeil possible semble particulièrement pertinente, y aurait-il également un intérêt à utiliser la fonctionnalité snooze de notre réveil, même si cela écourte notre nuit ?

Chronique diffusée le 23 novembre 2023. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Peut-on presser la touche snooze sans culpabiliser ? », par Romain Fouchard. Publié sur Science et vie, le 11/11/2023. Consulté le 15/11/2023. Lien : https://www.science-et-vie.com/corps-et-sante/peut-on-presser-la-touche-snooze-sans-culpabiliser-118105.html.


Un autre épisode du podcast en lien :

« La Tête Dans Le Cerveau #93 – L’endormissant bercement ».


Sources :

Anderson T. et al. (2021). The impact of prior day sleep and physical activity on the cortisol awakening response. Psychoneuroendocrinology, 126 (105131) : 1-9.

Burke T.M. et al. (2015). Sleep inertia, sleep homeostatic and circadian influences on higher-order cognitive functions. Journal of sleep research, 24 (4) : 364-371.

Dahlgren A. et al. (2009). Day-to-day variation in saliva cortisol – Relation with sleep, stress and self-rated health. Biological psychology, 82 (2) : 149-155.

Fischer D. et al. (2017). Chronotypes in the US – Influence of age and sex. Plos one, 12 (6) : 1-17.

Haack M. et Mullington J.M. (2005). Sustained sleep restriction reduces emotional and physical well-being. Pain, 119 (1-3) : 56-64.

Hilditch C.J. et McHill A.W. (2019). Sleep inertia : current insights. Nature and science of sleep, 11 : 155-165.

Holding B.C. et al. (2021). Quantifying cognitive impairment after sleep deprivation at different times of day : a proof of concept using ultra-short smartphone-based tests. Frontiers in behavioral neuroscience, 15 (666146) : 1-15.

Lim J. et Dinges D.F. (2010). A meta-analysis of the impact of short-term sleep deprivation on cognitive variables. Psychological bulletin, 136 (3) : 375-389.

Mattingly S.M. et al. (2022). Snoozing : an examination of a common method of waking. Sleep, 45 (10) : 1-13.

Stepanski E.J. (2002). The effect of sleep fragmentation on daytime function. Sleep, 25 (3) : 268-276.

Sundelin T. et al. (2023). Is snoozing losing ? Why intermittent morning alarms are used and how they affect sleep, cognition, cortisol, and mood. journal of sleep researchin press : 1-13.

Tassi P. et Muzet A. (2000). Sleep inertia. Sleep medicine reviews, 4 (4) : 341-353.

Wertz A.T. et al. (2006). Effects of sleep inertia on cognition. JAMA, 295 (2) : 163-164.


Source image :

Laura Chouette – Réveil jaune et blanc photo (2020). https://unsplash.com/fr/photos/reveil-jaune-et-blanc-pxpw52_Cvsg




Citer ce billet
Christophe Rodo (2023, 23 novembre). L’éveillant snooze (épisode 259). Cerveau en argot. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mkp2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.