Coeur abstrait en peinture

La cardiaque erreur grammaticale (épisode 269)

Certaines informations traitées par le cerveau pourraient avoir un impact sur le reste de l’organisme et tout particulièrement sur le cœur.

Jusqu’à quel point les informations que nous percevons et qui sont traitées par notre cerveau peuvent-elles avoir un impact sur le reste de notre organisme ?

Chronique diffusée le 1 février 2024. L’ensemble des chroniques est accessible sur une playlist dédiée.


Pour aller plus loin :

« Entendre une faute de grammaire peut faire s’arrêter de battre votre cœur », par Virginie Galle. Publié sur Pourquoi docteur, le 31/12/2023. Consulté le 29/01/2024. Lien : https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/45876-Entendre-faute-grammaire-faire-s-arreter-coeur-de-battre#.


Un autre épisode du podcast en lien :

« La Tête Dans Le Cerveau #122 – Les impactants mots ».


Sources :

Baek H.J. et al. (2015). Reliability of ultra-short-term analysis as a surrogate of standard 5-min analysis of heart rate variability.
Telemedicine and e-health, 21 (5) : 404-414.

Beatty J. (1982). Task-evoked pupillary responses, processing load, and the structure of processing resources. Psychological bulletin, 91 (2) : 276-292.

Ben-Nun Y. (1986). The use of pupillometry in the study of on-line verbal processing : evidence for depths of processing. Brain and language, 28 (1) : 1-11.

Berntson G.G. et al. (1997). Heart rate variability : origins, methods and interpretative caveats. Psychophysiology, 34 : 623-648.

Divjak D. et al. (2024). Physiological responses and cognitive behaviours : measures of heart rate variability index language knowledge. Journal of neurolinguistics, 69 (101177) : 1-12.

Forte G. et al. (2019). Heart rate variability and cognitive function : a systematic review. Frontiers in neuroscience, 13 (710) : 1-11.

Just M.A. et Carpenter P.A. (1993). The intensity dimension of thought : pupillometric indices of sentence processing. Canadian journal of experimental psychology/Revue canadienne de psychologie expérimentale, 47 (2) : 310-339.

Kim H.-G. et al. (2018). Stress and heart rate variability : A meta-analysis and review of the literature. Psychiatry investigation, 15 (3) : 235-245.

Marsac J. (2013). Variabilité de la fréquence cardiaque : un marqueur de risque cardiométabolique en santé publique. Bulletin de l’académie nationale de médecine, 197 (1) : 175-186.

Thayer J.F. et al. (2009). Heart rate variability, prefrontal neural function, and cognitive performance : the neurovisceral integration perspective on self-regulation, adaptation, and health. Annals of behavioral medicine, 37 (2) : 141-153.

Thomas B.L. et al. (2019). Validity of commonly used heart rate variability markers of autonomic nervous system function.
Neuropsychobiology, 78 (1) : 14-26.

Zekveld A.A. et al. (2014). The eye as a window to the listening brain : neural correlates of pupil size as a measure of cognitive listening load. Neuroimage, 101 : 76-86.


Source image :

Turgay Koca – Photo gratuite de abstrait, amour, amoureux, arrière plan, art, artistique, coeur, coloré, concevoir, créatif, fermer, fond d’écran, forme de coeur, illustration, marbrure, peinture, rouge, sans couture, texture (2021). https://www.pexels.com/fr-fr/photo/rouge-amour-art-coeur-15280614/




Citer ce billet
Christophe Rodo (2024, 1 février). La cardiaque erreur grammaticale (épisode 269). Cerveau en argot. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqjb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.